Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 31/05

Sondage i>TELE : L'avenir de l'UMP (statu quo plaidé...).

 

Enquête réalisée, pour i>TELE, auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone et interrogés par Internet les 27 et 28 mai 2014. Echantillon de 1 093 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille après stratification par région et catégorie d’agglomération).

 

► Seuls 12% des interviewés jugent que le bilan de la présidence de Jean-François Copé à l’UMP est bon contre 85% le jugeant mauvais (3% ne se sont pas prononcés). L’appréciation des Français est donc globalement très insatisfaisante, et ne s’apprécie que légèrement auprès des sympathisants de l’UMP qui sont uniquement un peu plus d’un tiers (34% )à le juger « bon ».

 

► Interrogés au sujet de la nouvelle ligne politique de l’UMP, les Français plaident pour un statu quo : 46% souhaitent que le positionnement de l’UMP ne soit ni plus ni moins à droite qu’actuellement, 20% qu’il soit plus à droite et 28% qu’il soit moins à droite. Au sein des sympathisants de l’UMP, la tendance est également au maintien de la ligne actuelle (55%) même si une légère inclinaison à droite semble attendue (35% jugent que le parti devrait être plus à droite et uniquement 8% qu’il soit moins à droite).

 

► A 3 ans de la fin du mandat présidentiel, Nicolas Sarkozy est toujours désigné par les sympathisants de l’UMP comme le meilleur opposant à François Hollande et au gouvernement (44%). Sur ce plan il devance légèrement Alain Juppé (37%) et plus nettement François Fillon (7%) tandis que les autres personnalités testées ont été désignées par moins de 3% des répondants. En revanche, si Nicolas Sarkozy devançait jusqu’alors très nettement ses concurrents dans les préférences des sympathisants UMP, il est désormais concurrencé par Alain Juppé qui fait presque jeu égal avec lui au sein de sa base historique de soutiens et le devance au sein de la population française (39% de préférence contre 23% pour Nicolas Sarkozy).

Commenter cet article