Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 25/05/2014 20h10

Vidéo : Témoignage de Michelle Knight, séquestrée 11 ans (Sept à Huit).

Cela fait à peine un an qu'elle a retrouvé la liberté. Michelle Knight avait 21 ans lorsqu'elle a été enlevée par Ariel Castro. Pendant onze années, avec deux autres jeunes femmes, elles-aussi kidnappées par celui que la presse a surnommé " le monstre de Cleveland ", elle va vivre l'enfer, séquestrée dans une cave.

Dans le portrait de la semaine de Sept à Huit, elle raconte à Thierry Demaizière et Léo Monnet qu'elle a survécu à l'impensable par amour pour son fils, en croyant à des jours meilleurs.

Un témoignage exceptionnel, diffusé ce dimanche sur TF1 vers 19h10.

A propos du livre : "Michelle Knight n’a pas été épargnée par la vie. Maltraitée pendant son enfance, celle que l’on surnommait « la naine » – elle est atteinte d’un nanisme psychosocial, qui lui donne une allure enfantine –, met au monde un petit garçon, Joey, conçu lors d’un viol au lycée. Mais le destin s’acharne : elle est accusée à tort de maltraitance sur son enfant et se bat pour sa garde, lorsqu’elle est enlevée par le monstre Ariel Castro. Quand ce dernier qui la croyait adolescente découvre avec dégoût son âge, 21 ans, il en fait son souffre-douleur. Les huit premiers mois, avant l’arrivée de deux autres filles, Michelle est enchaînée à une canalisation dans la cave, à moitié nue, avec un casque de moto sur la tête pour étouffer ses cris. Son bourreau lui inflige aussi cinq avortements à coups d’haltère dans le ventre, la viole quotidiennement et lui éclate un tympan. De surcroît – et ce n’est pas la moindre des atrocités de ce cauchemar éveillé –, ses proches ne font rien pour la retrouver, elle n’a même jamais été portée disparue… Preuve que l’on peut survivre à l’impensable, Michelle Knight a tenu bon. Par amour pour son fils. En croyant à des jours meilleurs. Aujourd’hui, elle écrit ce livre pour donner de l’espoir à ceux qui souffrent en silence. "(mot de l'éditeur, Michel Lafon).

Commenter cet article