Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 29/06/2014 11H35

Enquête inédite ce soir sur ARTE : L'orque tueuse.

À partir d’un fait divers tragique – l’attaque mortelle d’une orque contre sa dresseuse en 2010 –, une enquête édifiante diffusée dimanche 29 juin à 20h45 sur ARTE montre comment l’animal peut se venger de l’homme lorsque celui-ci contrarie sa nature sauvage.

Février 2010. Au cours d’un spectacle au parc d’attractions aquatique Seaworld, en Floride, Tilikum, une orque de six tonnes, attaque mortellement Dawn Brancheau, une dresseuse confirmée, sous les yeux des spectateurs. Attribuant l’accident à une négligence de la victime, le parc classe très vite l’affaire et l’orque, source de gros revenus, reprend les spectacles un an après. Pourtant, Tilikum n’en était pas à sa première agression...

Capturée à l’âge de 2 ans dans les eaux islandaises en 1983, cette orque mâle de sept mètres de long a passé le plus clair de sa vie en captivité. Elle a d’abord été dressée au Canada avant d’être rachetée par le Seaworld d’Orlando en 1992. Avant ce jour fatidique où elle s’est ruée sur la dresseuse, Tilikum était déjà impliquée dans l’attaque meurtrière de deux personnes...

Mêlant des archives exceptionnelles (filmées durant les entraînements, les représentations mais aussi les attaques) et des entretiens avec les entraîneurs et des experts, ce film, sélectionné au Festival de Sundance en 2013, relate les faits tout en enquêtant aussi sur le comportement altéré des orques en captivité.

Crédit photo © DR.

Commenter cet article

mesop 10/07/2014 18:06

Sauver les cétacés de la captivité : http://www.mesopinions.com/petition/animaux/sauver-cetaces-captivite/12452

franchin Helene 28/06/2014 10:50

Quoi qu'on dise, les parcs rapportent des fortunes en exploitant les cétacés et rien ne justifie
leur captivité dans un milieu aussi artificiel même si l'argument "massue" est que les animaux nés en captivité ne sauraient vivre en liberté. Sans entrer dns les détails, le seul fait que la vie
des orques estimée en milieu naturel de 60 à 70 ans se réduit de 50 % en parc nautique vous
fait toucher du doigt le stress infligé et plaide pour la fin de l'exploitation de ces merveilleux animaux.... C'est ainsi que nous ferions preuve d'"humanité" et non plus du plaisir égoîste
que l'on prône à tout vent.

anne-sophie 12/06/2014 20:04

chouète de fère un roportache mes se serè meau de les voir dan la nature Anne-Sophie