Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 23/09/2014 17H35

Un documentaire inédit de Serge Moati en collaboration avec Yoann Gillet sera diffusé le mardi 14 octobre à 22h40 sur France 2 : Adieu Le Pen. Une production Image et Compagnie pour la case Infrarouge.

Après 25 ans de tournage et de « proximité », Serge Moati filme encore une fois le « Président d’honneur » et fondateur historique du Front National. Depuis le passage de relais à sa fille Marine lors du congrès de Tours en 2011, Jean-Marie Le Pen voudrait bien conserver ce qui lui reste d’influence dans « son » mouvement. Pour cela, il lui faut accompagner son héritière de fille, mais aussi affronter cette nouvelle présidente qui, trop souvent, le prive de lumière. C’est ce rapport de force qui oppose le père et la fille, entre saga familiale et tragédie politique, que Serge Moati a suivi au plus près. En coulisses. Il est dans l’intimité des Le Pen. Père et fille : ces deux-là, ne s’épargnent pas et les critiques pleuvent… Deux visions s’affrontent, deux images se font face. Un seul objectif pour Marine : s’emparer du pouvoir.

« Adieu le Pen », c’est le « clap de fin » d’un tournage au long cours pour Serge Moati, du côté de l’autre rive : celle de l’extrême droite française et de son vieux leader, au crépuscule de sa vie. « Adieu le Pen », c’est l’histoire d’un homme et de sa traversée du siècle mais aussi et surtout celle d’un parti « relifté » par Marine qui tente de faire oublier les remugles sulfureux d’un « passé qui ne passe pas ».

Adieu Le Pen, le 14 octobre sur France 2 (réalisé par Serge Moati).

Nous sommes à un moment charnière au Front National. La fin d’une époque, celle de Jean-Marie Le Pen, le début d’une nouvelle ère, celle de sa fille Marine. Continuité ou rupture ? Y a-t-il d’un côté la vieille garde du père, et de l’autre les diablotins de la dédiabolisation ? Tout ce monde s’affronte, à fleurets plus ou moins mouchetés, entre Nanterre et Montretout. Et jusqu’aux nombreuses mairies gagnées par le Front National aux dernières municipales, ou encore au Parlement de Bruxelles… Ces luttes, dans l’ombre ou, ces derniers temps, dans la lumière, éclatent au grand jour.


Alors j’ai voulu comprendre, à travers cette lutte familiale et politique, ce qui au fond est en train de nous arriver à tous. Un prénom, Marine, serait-il sur le point de réussir à gommer un nom, Le Pen, et avec lui l’histoire pour le moins sulfureuse d’un parti que nous n’aurions même plus le droit, aujourd’hui, de qualifier d’« extrême droite » ? Marine n’y est-elle pas d’ailleurs déjà parvenue ? Le FN « light » aurait-il triomphé ?

J’ai donc pris le parti de m’immerger une nouvelle fois au Front National. Quelle place, quarante ans après la création du parti, le « vieux chef » tient-il aujourd’hui ? Quelle influence exerce-t-il sur sa présidente de fille et sur son entourage ? Quel rôle joue-t-il réellement ? Le « Président d’honneur », en coulisses, tire-t-il encore les ficelles ? Y a-t-il une vraie continuité entre le parti de Jean-Marie et celui de Marine ? Peut-on parler de virage idéologique ? Y a-t-il réelle rupture entre le père et la fille ?

Ce que nous voulons montrer par ce film, à travers le prisme de Jean-Marie Le Pen et la relation père/fille, c’est comment le Front National, jusqu’alors « bête immonde » de la vie politique française, est en train de s’ancrer dans les esprits de la République... Et beaucoup en France semblent, en effet, se laisser séduire par le chant des sirènes de Marine Le Pen et du « Rassemblement Bleu Marine ». A suivre…

J’ai voulu raconter une histoire française qui parcourt le siècle : la saga Le Pen. C’est une grande histoire où il est question de nous tous et de notre pays.

Serge Moati

Crédit photo © DR./Image et Compagnie

Commenter cet article