Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 09/09/2014 11H

Passeport pour le crime à Buenos Aires. Avec Benjamin Castaldi. Réalisé par Thierry Pasquet. Production : Capa Presse.

Benjamin Castaldi n’avait jamais mis les pieds à Buenos Aires et pourtant il entretient un lien très spécial avec la capitale de l’Argentine. Son père, le comédien Jean-Pierre Castaldi a vécu une grande partie de son enfance là-bas. Il y a appris l’espagnol avant de parler le français, l’amour des grands espaces et l’art d’esquiver les coups.

Pour un 90 minutes diffusé sur 13ème Rue au premier semestre 2015, Benjamin Castaldi a plongé dans cette mégalopole.

Seulement voilà, cette métropole très prisée des touristes du monde entier a son côté sombre. La crise économique très violente de 2001 a fait basculer de nombreux Argentins dans la pauvreté et la délinquance urbaine. Inégalités sociales et corruption se sont développées et ont accentué le rejet du pouvoir par la population. Aujourd’hui, la criminalité explose : braquages, lynchages, cambriolages, règlements de compte entre mafias de la drogue et crimes crapuleux rythment le quotidien de Buenos Aires. A tel point que le gouverneur de la région a placé la province sous état d’urgence le 5 avril dernier.

"C’est à travers ces faits divers et ces crimes que Benjamin Castaldi va tenter de percer à jour la société, les mœurs et les us et coutumes de Buenos Aires. Notre animateur accompagne les policiers en intervention dans les quartiers chauds de la ville. Il découvre l’histoire douloureuse de ce pays et rencontre les victimes de la dictature encore en lutte aujourd’hui contre l’injustice. Guidé par un ancien junkie, ex-accro au Paco, une drogue très addictive et très toxique qui fait des ravages dans Buenos Aires, Benjamin s’aventure dans l’un des nombreux bidonvilles de la périphérie pour aller au cœur du trafic. Pour déjouer criminels et délinquants, les classes moyennes s’organisent en milices : Benjamin participe à l’une de leurs rondes. Dans ce quartier délaissé par les autorités, ils se substituent aux patrouilles de police. Passeport pour le Crime à Buenos Aires : plongée au cœur d’une ville presque européenne victime d’une violence à l’Américaine."

Passeport pour le crime à Buenos Aires avec Benjamin Castaldi.

Commenter cet article