Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 09/11 6h29

7 à 8 ce 9 novembre: étudiants-salariés, mères sous surveillance, Maïko.

Magazine proposé par la Direction de l'Information de TF1, Sept à Huit est présenté par Harry Roselmack. Les reportages diffusés ce 9 novembre dès 18 heures.

CHERES ETUDES. Un jeune sur deux travaille pendant ses études. Pour 13% des étudiants français, c'est même une nécessité. Comment jongler avec deux emplois du temps ? Peut-on réussir ses examens en étant salarié 20 heures par semaine. Géraldine Doussier et Denis Einaudi ont suivi Camille, Lisa et Inès, trois étudiantes-salariées, au bord du surmenage.

LE MONSTRE DE FLORENCE. Il est soupçonné d'un meurtre atroce : celui d'une prostituée retrouvée éviscérée. Ricardo Vitti, un plombier florentin de 56 ans, aurait-il commis d'autres crimes ? A-t-il un lien avec le " monstre de Florence ", un mystérieux assassin qui sévissait en ville dans les années 80 et à qui les enquêteurs ont imputé pas moins de 16 meurtres ? Un reportage de Christophe Widemann et Emanuele Marzari.

MAMANS SOUS SURVEILLANCE C'est un service hospitalier réservé aux mères en souffrance qui n'arrivent pas à prendre soin de leur enfant. Dépression après l'accouchement, comportement violent à l'encontre du bébé, Géraldine et Cindy, comme une vingtaine de jeunes mamans, y apprennent à tisser des liens avec leur enfant. Un apprentissage sous l'étroite surveillance des médecins. Un reportage de Marie Peyraube et Bertrand Rube.

LES MAITRES DE TRIPOLI. Ce sont désormais les maîtres de Tripoli. Depuis l'été dernier, des milices proches des islamistes ont pris le contrôle de la capitale libyenne, chassant le gouvernement élu démocratiquement à la suite de la chute de Khadafi. Ils tiennent les prisons, nomment les ministres et contrôlent les programmes scolaires. Un document exclusif sur le nouveau visage de Tripoli par Christophe Dubois et Guillaume Lhotellier.

LE POIDS DE LA HONTE. Il lui fallait deux balances pour estimer son poids, un pied sur chacune. Maïko a pesé plus de 300 kilos. Aujourd'hui après en avoir perdu 200, elle explique que c'est d'abord un combat psychologique qu'elle a dû mener contre son poids. Dans le portrait de la semaine, elle raconte à Thierry Demaizière et Léo Monnet la solitude et la honte qu'elle ressentait, les moqueries qu'elle devait supporter, et le dégoût que lui inspirait son état.

Crédit photo © c. Charzat - TF1.

Commenter cet article