Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 08/11/2014 16H20

Sous la pluie de feu - La bataille de Vauquois. Un document de Romain Potocki, Maël, Cédric Baume, Eric Chevalier, Matthieu Houël, à voir dimanche à 13h15 sur France 2. Rendez-vous présenté par Laurent Delahousse.

Dimanche 13h15 : Sous la pluie de feu - La bataille de Vauquois.

De septembre 1914 à septembre 1918, les troupes françaises et allemandes se sont battues avec acharnement pour le village de Vauquois et sa butte de 80 mètres de haut.

Cette position permettait de contrôler l’approvisionnement de Verdun, à 30 km de là. Vauquois offrait une vue imbattable pour régler l’artillerie contre les positions ennemies. Durant ces 1500 jours de combats, la butte de Vauquois a tout connu. Comme un concentré de la grande guerre : premier lance-flammes, engins explosifs en tous genres, gaz… Et surtout la guerre des mines lorsque chaque camp creuse dans la colline d’innombrables souterrains, y enfouit des tonnes d’explosifs sous les tranchées adverses pour les faire sauter.

De ces hommes qui vivent sous terre, 14 000 vont mourir. Parmi les survivants, un jeune étudiant : André Pézard, 21 ans au début de la guerre. Le jeune lieutenant note tout dans ses cinq petits carnets. Après l’armistice, il signera un livre : « Nous autres à Vauquois », considéré comme l’un des témoignages les plus forts du premier conflit mondial. « La butte de Vauquois est un musée des horreurs. Ici, les morts n’ont plus de valeur, il y en a trop. De même qu’on mange et qu’on dort près de ce charnier, de même on y travaille et on y rit… » Plus tard, André Pézard deviendra le spécialiste français de Dante…

Côté allemand, trois hommes ont écrit : Hermann Hoppe, bâtisseur de la salle des machines capable d’alimenter 17 kms de galerie en électricité. August Schmitz, le guetteur. Et Friedrich Von Hullesheim, le dernier officier sur la colline.

Le temps d’un film, avec les mots des soldats, voici un billet pour l’immense cité souterraine qu’était Vauquois. Des ciels d’obus aux tranchées obscures, nous sommes guidés par les historiens passionnés de la colline, par les écrits des poilus et les pinceaux de Maël, l’un des grands auteurs de BD aujourd’hui, qui dessine les tranchées depuis 6 ans.

Crédit photo © Christophe Russeil - FTV.

Commenter cet article

riffard jean michel (flyboyz) 09/11/2014 14:18

Très beau reportage avec la singularité que personne n'a été oublié d'un coté comme de l'autre,ne pas oublier,pour que tout ce qui c'est passé ne soit pas arrivé en vain.Une belle leçon de la vie ou à une époque la mort régnait en maître...........................Une belle pensée à mon arrière grand-père partit le 29/10/18 ainsi qu'à toutes les autres victimes.