Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 15/12 6h35

Octobre 1943. Pierre Dac, l’humoriste le plus célèbre de France, arrive enfin à Londres après une longue période de captivité et d’exil. Il rejoint à la BBC l’équipe des Français Libres qui animent quotidiennement l’émission de Radio-Londres. Ses interventions vont dynamiter les mensonges des collaborateurs et des Allemands, lutter contre la peur pour s’en affranchir. Il manie l’humour comme arme de guerre. Pendant neuf mois, le plus écouté des « Français qui parlent aux Français » va aider à sa manière les Alliés à accoucher de la victoire. Ses chansons, ses chroniques, ses éditoriaux, face à Radio-Paris, et, en particulier son combat verbal contre Philippe Henriot, ont été des moments clés dans la lutte contre l’occupant.

La guerre des ondes, ce 15 décembre avec Jean-Yves Lafesse dans le rôle de Pierre Dac.

France 3 programmera lundi 15 décembre en première partie de soirée La guerre des ondes. Radio Londres 1943-1944.

Avec Jean-Yves Lafesse (Pierre Dac), Olivier Massart (Jacques Duchesne), Jean-Luc Couchard (Maurice Van Moppes dit Momo), Natalia Dontcheva (Dinah), Didier Flamand (Philippe Henriot), Xavier Gallais (Jean-Herold Paquis), Clément Manuel (Pierre Bourdan), Laurent Gernigon (Jean Oberle), Mélanie Martinez-Llense (Geneviève Brissot).

Réalisation : Laurent Jaoui. Scénario : Carlo de Boutiny, Laurent Jaoui et Jacques Pessis. Production : CAPA DRAMA.

La meilleure manière de décrire le film est sans doute de dire que c’est une « fiction documentée ».
Une fiction, parce que nos personnages sont incarnés par des acteurs hors pair dont nous pouvons suivre les destins entrecroisés lors des neuf derniers mois de la guerre. A ce niveau là, le film ne se distingue en rien d’une autre fiction historique.
Mais c’est une fiction « documentée » pour deux raisons.
D’une part, parce que nous utilisons des archives filmées qui s’insèrent naturellement dans le fil du récit. Elles donnent corps aux discours radiophoniques et les chargent d’une force supérieure sans entrer en compétition avec eux.
D’autre part, parce que nous collons au plus près de la réalité historique.
Pour écrire ce film, nous avons eu la chance d’avoir à disposition les archives de Radio Londres et de Radio Paris de la période concernée. Grâce à ces archives, nous avons pu assister au jour le jour aux violents échanges entre ces deux radios… La virulence antisémite délirante des collaborateurs, le poids des victoires russes, l’intensité des bombardements sur le sol français, l’enjeu de la place de la France dans l’après-guerre…
Et la façon dont l’humour, d’abord contesté, est finalement devenu une arme de guerre efficace pour contrer la violence nazie. Tout cela et bien d’autres choses encore, revivait dans les transcriptions des émissions diffusées alors.
Grâce à ce matériau de premier ordre, nous avons pu reconstituer la brutalité de ces affrontements radiophoniques, qui ont culminé avec le duel entre Pierre Dac et Philippe Henriot. Les personnages sont forts, leur langue, riche, et les enjeux suprêmes. Car les conséquences des mots sont la vie et la mort.
A travers toutes les guerres médiatiques qu’a pu vivre notre planète du XXème siècle à aujourd’hui, les résonances sont pléiade.
Car, si cette guerre des ondes est une première dans l’Histoire, elle aura de nombreux enfants.

Laurent Jaoui.

Commenter cet article

Myle 16/12/2014 15:00

Chouette, ça risque d'être bien ! J'adore Pierre Dac qui était un grand monsieur.
Le problème pour moi réside dans la présence dans ce film de Lafesse dont les 2 mamelles de l'humour 'naturel' reposent sur le scato et le mépris pour autrui. Cela dit, il peut être bon comédien mais ça me ferait vraiment mal de me déplacer et payer pour le voir, lui. Sorry.

Chris 17/12/2014 14:53

J'espère que tu auras changé d'avis...., Une facette que tu ne connaissais peut-être pas de Jean-Yves Lafesse.