Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 04/11/2014 16H

"Aidez-nous. Les ventes ne couvrent plus le coût de fabrication du journal, sa viabilité est menacée."

Cri d'alarme lancée par l'équipe de l'hebdomadaire Charlie Hebdo, revue disponible chaque mercredi dans les points presse. Et la même équipe se refuse à augmenter le prix de vente du numéro. Qui est déjà de 3 euros.

On a beau être économes, bricoleurs et débrouillards, il est devenu difficile pour nous de résister à ce qu'on appelle depuis trop longtemps la "crise de la presse", qui engloutit peu à peu les titres imprimés sur du bon vieux papier, lit-on sur le site de Charlie.

"Une crise qui a été provoquée ou en tout cas aggravée par la presse elle-même. Les éditeurs et les distributeurs ont été incapables de s'entendre pour sauver un système de diffusion qui coûte de plus en plus cher sans être plus efficace (...). Les marchands de journaux font un boulot de chien payé avec un lance-pierre. Des éditeurs de presse qui se financent avec la pub ont trouvé malin de mettre gratuitement le contenu de leur publication sur le Net. La pub devait payer le journal. La pub sur le Net paie que dalle ou pas assez, du coup les éditions numériques deviennent toutes peu à peu payantes. Les lecteurs, à qui on a fait croire que l'information pouvait être gratuite, rechignent à débourser quelques centimes pour lire ce qu'ils ont pris l'habitude de lire gratuitement. Entre-temps, les marchands de journaux, concurrencés déloyalement par les éditions numériques gratuites, ont mis la clé sous la porte... Moins on vend de journaux, plus ils coûtent cher à fabriquer et à distribuer, alors on augmente leur prix... L'autre crise, la bonne vieille crise économique, qui rince tous les foyers, s'ajoute à la crise de la presse".

Solution  proposée : un don à Charlie Hebdo. Un don défiscalisé à hauteur de 66% pour les particuliers et de 60% pour les entreprises. Formulaire à télécharger sur cette page.

Crise de la presse : L'hebdomadaire Charlie Hebdo se dit en danger.

Commenter cet article