Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 05/11 12h44

Sauf incidents, le Prix Goncourt asure à la maison d'édition de l'heureux lauréat un beau jackpot financier. Les ventes du livre s'envolant, notamment à l'approche des cadeaux de fin d'année.

Le résultat du cru 2014 a été dévoilé ce mercredi 5 novembre. Les jurés avaient annoncé fin octobre l'ultime sélection. Composée de :

Contre-enquêtes, par Kamel Daoud Meursault, aux éditions Actes Sud.

Charlotte, de David Foenkinos, chez Gallimard.

Pas pleurer, de Lydie Salvayre, au Seuil.

Ce sont des choses qui arrivent, de Pauline Dreyfus, aux éditions Grasset.

Les favoris étaient le journaliste algérien Kamel Daoud Meursault et David Foenkinos. Outsider et choix plus exigeant, Lydie Salvayre l'emporte au 5ème tour avec son roman. Prix de "consolation" pour Foenkinos avec le Renaudot.

Prix Goncourt 2014 décerné à Lydie Salvayre pour Pas pleurer.

Les membres de l'Académie : Edmonde Charles-Roux, présidente, Paule Constant, Françoise Chandernagor, Pierre Assouline, Régis Debray, Bernard Pivot, Didier Decoin, Philippe Claudel, Patrick Rambaud, Tahar Ben Jelloun.

Parmi les recalés avant la dernière sélection :Clara Dupont Monod avec Le roi disait que j'étais diable et surtout Eric Reinhardt, annoncé comme potentiel Prix Goncourt avec L'amour et les forêts.

A propos du roman Pas pleurer : "Deux voix entrelacées. Celle, révoltée, de Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les Nationaux avec la bénédiction de l’Église contre « les mauvais pauvres ». Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours enchantés de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, des jours qui comptèrent parmi les plus intenses de sa vie. Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent et qui font apparaître l’art romanesque de Lydie Salvayre dans toute sa force, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, porté par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée."

Commenter cet article