Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 13/11/2014 17H10

Sortie du livre Dans la peau d'un monstre (gentil), par Yves Brunier.

Sortie prévue ce week-end en librairies du livre Dans la peau d'un monstre (gentil). Ecrit par Yves Brunier, "papa" de la créature Casimir, star du petit écran il y a plusieurs décennies.

Près de 300 pages dont un cahier photos pour le prix indicatif de 19 euros.

De son enfance jusqu’à la création de Casimir en collaboration avec Christophe Izard, on y découvre les choix qui ont déterminé une carrière hors du commun, indique l'éditeur Intervalles.

"Croisant le chemin d’Adamov et de Sartre dans l’effervescence du Paris des années 1960 et 1970 lors de ses premiers pas dans le monde du spectacle, Yves Brunier a tour à tour été photographe, régisseur de théâtre, galeriste, créateur génial de personnages ayant marqué les grands comme les petits (Brok et Chnok, Groquick ou encore Footix...) ; il a aussi accompagné Philippe Genty pour un tour du monde en 2CV à la découverte des marionnettes de tous les continents sous le patronage de l’UNESCO. Mais si Yves Brunier s’est parfois détaché de son personnage télévisuel, celui-ci l’a souvent rattrapé. Sous l’impulsion de Jean-Luc Delarue puis de Marc-Olivier Fogiel, Arthur, Cauet ou Christophe Dechavanne, Casimir a retrouvé le devant de la scène et une seconde jeunesse, au point de se faire un jour interviewer par Joey Starr, d’apparaître dans les émissions des Robins des Bois ou partager une loge avec Mariah Carey. Les fans ne l’ayant jamais délaissé, Casimir a inspiré toutes sortes de modes (la Kid génération, le phénomène adulescent, les Gloubi Boulga Nights...) et aussi quelques dérives comme les contrefaçons qui sont souvent la rançon du succès. Yves Brunier a crée, en plus de Casimir, près de 130 personnages aussi bien pour la télévision que pour la publicité. Du Loft aux Sept d’Or, Casimir et Yves Brunier ont tout connu de la télé. Dans la petite lucarne comme en dehors, l’existence d’Yves Brunier fut si riche qu’il était temps de quitter un moment son gros costume orange pour la raconter enfin !"

Commenter cet article