Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 22/12/2014 8H50

Anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères et autres tranquillisants sauvent des vies, mais de nombreux experts parlent aussi de « bombes à retardement » : ils seraient à l’origine de vagues de suicides, de troubles de comportement graves, d’homicides et certains seraient plus addictifs que les drogues dures.

Aux Etats-Unis, les procès intentés par les victimes ont coûté des milliards de dollars aux industries pharmaceutiques. Pourtant, ces médicaments restent un best-seller planétaire, et en tant que premier consommateur mondial, la France est un véritable tiroir-caisse.

A partir de témoignages sans concessions, un document inédit diffusé mardi 6 janvier à 20h35 sur France 5 montre la dangerosité potentielle de ces molécules et analyse comment l’industrie pharmaceutique a verrouillé le marché, avec un cynisme parfois effrayant.

Marina Carrère D’Encausse animer aun débat ensuite. Psychotropes : Pourquoi ils ne peuvent pas tout guérir ? Le documentaire présente certains médicaments comme étant à l’origine de suicides, de troubles de comportement et même d’homicides. Alors ces molécules sont-elles efficaces ou néfastes ? Et surtout les médecins français ont-ils tendance à les prescrire trop facilement ? Pour en parler, 2 invités : Dr Patrick Landman, psychiatre. Auteur de « Tristesse Business » éditions Max Milo. Pr Jean Pierre Olié, chef de service de psychiatrie à St Anne, auteur d’un rapport sur les anti-dépresseurs pour l’Académie de Médecine.

Anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères : enquête inédite sur France 5.

Commenter cet article

Imbert 27/12/2014 10:13

Félicitations pour votre Blog.

L'AAAVAM a participé à ce documentaire, pour autant nous avons été censuré et nous ne participerons pas aux débats!
L'AAAVAM association loi de 1901 agréée par le Ministère de la Santé lutte depuis 1992 contre les distributions massives de tranquillisants et somnifères qui favorisent les Suicides et les Crimes.
Bonnes fêtes de fin d'année, mais attention aux anxiolytiques !
Georges Alexandre Imbert