Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 02/12/2014 12H40

Arthur : "Cette communauté force l’admiration" (Rendez-vous en terre inconnue).

Arhur, au centre du numéro inédit de Rendez-vous en terre inconnue diffusé ce mardi 2 décembre, revient sur cette aventure.

L'équipe a tout d’abord passé quatre jours à Cuzco pour maîtriser et apprendre à tolérer l’altitude.

A propos des moments les plus forts de ce voyage… Lorsqu'il a vu apparaître en haut de la montagne Rosauro, René, Santos et Paolino, avec leurs tenues aux couleurs vives, accompagnés par leur troupeau de lamas, cela a été un moment de grâce incroyable. Ensuite, il y a sa première nuit, dans un sac de couchage sur une paillasse de peau de lama, avec un plafond à cinquante centimètres au-dessus de sa tête et des cochons d’Inde sous son lit, alors qu'il est claustrophobe ! "Une nuit blanche, de fous rires avec Frédéric… L’émotion fut aussi intense lors de notre premier coucher de soleil, près de la montagne sacrée et de ses lacs : un camaïeu d’orange, avec nuages et brume : irréel et sublime".

Concernant la solidarité de cette peuplade : "Ce que les Quechuas appellent l’ayni, c’est la solidarité, l’entraide. Ils ont une manière de se contenter de l’essentiel qui m’a servi de leçon. Ils rient tout le temps ! Au cours des deux semaines passées ensemble, nous sommes allés aider Pedro, le grand-père, à faire sa récolte de pommes de terre et le toit de sa maison. Cette solidarité est essentielle, même si les Quechuas sont conscients que ce système est en train de changer à cause de l’argent. Mais ils souhaitent aussi que leurs enfants aient une vie un peu plus douce que la leur à 4500 mètres, qu’ils puissent aller étudier, avoir accès au monde contemporain…"

Sur terre, des gens luttent chaque jour pour survivre. En vivant un peu avec eux, j’ai découvert qu’ils sont plus heureux que nous, poursuit Arthur, qui ajoute qu'ils ont dissocié le bonheur du matériel. "Lorsque nous sommes descendus au village, alors qu’il y avait tout ce que l’on peut imaginer pour attirer l’oeil, le seul plaisir qu’ils se sont accordé a été d’obtenir une glace. Ils ne sont pas en demande de plus de choses ! Ils profitent de l’instant présent, tous ensemble du matin au soir. Ils mangent, dorment, vont aux champs… toujours ensemble. Cette communauté force l’admiration."

Crédit photo © Jean-Michel Turpin - Adenium

Commenter cet article