Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 05/01/2014 9H25

L'Ombre d'un Doute ce 5 janvier : Louis XV, l'homme qui aimait trop les femmes.

A découvrir ce lundi 5 janvier 2015, en première partie de soriée sur France 3 : un nouveau numéro du très bon magazine L’Ombre d’un Doute. LOUIS XV, l’homme qui aimait trop les femmes.

Un rendez-vous présenté par Franck Ferrand.

Le 10 mai 1774, Louis XV s’éteint à Versailles. Le transport du corps du souverain jusqu’à la basilique de Saint-Denis se fait de nuit, en toute discrétion. Le cercueil est jeté dans un carrosse de chasse, lequel n’est suivi que par une quarantaine de gardes et une poignée de pages porteurs de flambeaux. Après cinquante-neuf ans de règne, Louis XV rejoint son tombeau dans une apparente indifférence.

Devenu roi à 5 ans, le règne de Louis XV a pourtant commencé dans un éclat extraordinaire. L’enfant roi a été adulé par son peuple. Louis XV fut un souverain à la beauté célèbre, un monarque intelligent, régnant sur un vaste royaume. Ses sujets le surnommeront même « le Bien aimé ».

Comment Louis XV est-il devenu ce monarque mal aimé, décrié, sur lequel le pire a été colporté ? Il était grand amateur et consommateur de femmes, au point qu’on les dit responsables de sa chute. Infidèle à la reine, affichant de nombreuses maîtresses et un goût prononcé pour les jeunes filles et les prostituées, refusant de s’acquitter de certains devoirs religieux, Louis XV aurait scandalisé la Cour comme le peuple, au point d’être totalement rejeté. Qui sont ces femmes ? Qui les a placées auprès du monarque ? Et dans quel but ?

Derrière chaque maîtresse de Louis XV, se nouent des intrigues, se cache un scandale… Les femmes ont-elles perdu le roi très chrétien ? Il y a là l’ombre d’un doute.

A noter que Franck Ferrand sera au coeur d'une journée spéciale 60 ans d'Europe 1 le 13 janvier 2015.

Crédit photo ©Jean-Philippe Baltel - CL2P - FTV.

Commenter cet article

Fred 05/01/2015 13:11

Du cul du cul du cul ! On imite Bern.