Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 22/02/2015 10H30

Carte blanche au Bondy Blog ce dimanche sur France Ô.

Pour le 10e anniversaire du Bondy Blog, France Ô donne carte blanche à ses blogueurs. Pendant toute la journée, ce dimanche 22 février 2015, ils choisissent les programmes et investissent les différentes émissions sous la forme de chroniques, de lancements ou de reportages. Une programmation pour valoriser le « vivre ensemble » avec, en point d’orgue, le documentaire Bondy Blog, portrait de famille.

11.45 Page 19, le magazine de Daniel Picouly dévoile le coup de coeur littéraire du Bondy Blog

12.00 Les meilleurs moments du Bondy Blog Café commentés par les blogueurs, suivis d’un Bondy Blog Café «spécial villes» présenté par Nordine Nabili

14.45 Archipels avec un documentaire inédit : Les Diablotins de Mayotte, qui propose une immersion au côté de la jeunesse mahoraise en détresse

15.45 Boty 2013 : d’une île à l’autre. Rencontre avec Bboy Joyeux et Bboy Still, deux figures du break ultramarin, en lice pour le Battle of The Year 2013

16.45 Le documentaire 30 ans ailleurs réalisé par Katia Quéméré et Ivan Lessous, vainqueurs du concours « Les Aventuriers d’Explô » lancé en 2014

17.45 Riding Zone, le magazine de la glisse et du freestyle, et le magazine culturel Le LabÔ2 invitent les blogueurs de Bondy pour évoquer les cultures urbaines

19.50 Mémô avec les coups de coeur culturels d’une blogueuse

19.55 Le documentaire de Julien Dubois Bondy Blog, portrait de famille qui revient sur les dix ans d’une structure unique (voir ci-dessous)

20.45 Fortunes, la comédie black, blanc, beur signée Stéphane Meunier

22.15 Retour sur les événements de Clichy-sous-Bois qui ont conduit aux émeutes de l’automne 2005 avec une fiction de Philippe Triboit, L’Embrasement

23.45 « 10 ans... et après ? », un débat proposé par Nordine Nabili

00.05 Banlieue is beautiful, une série de conférences sur la ville du futur, enregistrée au Palais de Tokyo

Carte blanche au Bondy Blog ce dimanche sur France Ô.

A propos de Portrait de famille diffusé  à 19h55 :

Réalisation : Julien Dubois. Production : Julie Perris - Zadig Productions. En sélection au Fipa et au Figra 2015.

La banlieue, c’est à deux pas du centre de Paris. Depuis la porte de Pantin, il n’y a que huit kilomètres jusqu’à Bondy. Du point de vue de la géographie, il y a une parfaite continuité urbaine entre le centre et la périphérie. Mais pour ceux qui n’y mettent jamais les pieds, c’est une terre hostile et potentiellement dangereuse.

La violence existe en banlieue. Il ne sert à rien de nier la réalité, même si elle est sans commune mesure avec la violence subie. Sociale, raciale, symbolique. Dans ces territoires de relégation et d’exclusion sociale, la misère tape dur et depuis longtemps. La misère, c’est aussi l’ennui, ce sont aussi les mots que l’on n’a pas pour dire ce que l’on est, ce que l’on voudrait être, pour exister et combattre. La misère détruit la culture et les valeurs humaines, décompose, délite, désarme. Tout cela est vrai, mais si on s’en contente, on n’aura toujours rien dit de ce qui reste cependant l’essentiel : il y a en banlieue des hommes, des femmes et des enfants, des histoires, des liens et des cultures qui composent bien autre chose que ces idées reçues.

Le Bondy Blog en est la parfaite illustration. Ce journal en ligne est né en 2005 à la suite des émeutes qui ont enflammé les banlieues françaises. Mais c’est aussi une entreprise de presse associative unique en son genre, une aventure collective et politique. À rebours d’un récit qui fige les « quartiers » dans les idées préconçues, le Bondy Blog raconte la banlieue avec les mots de ceux qui y grandissent et y vivent, avec les mots de ceux qui en font chaque jour l’expérience. À travers le Bondy Blog, c’est la culture et la diversité des quartiers populaires qui trouvent enfin un terrain où s’exprimer, où prendre la parole.

Ce film porte un regard sur le Bondy Blog et rompt avec le récit d’une banlieue à feu et à sang pour lequel les populations de ces quartiers populaires ne sont que les figurants d’un spectacle immuable. En banlieue, on vit, on travaille, on prie, on fête, on meurt, on s’occupe de ses enfants et on se promène le week-end, en famille ou avec les copains. Comme partout ailleurs…

Credit photo © Delphine Ghosarossian/ Studio Submarine

Commenter cet article