Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 28/02 7h16

L'effet papillon ce 28 février : Fort Lauderdale, bébés volés et guerre des médocs.

Présenté par Daphné Roulier, L'effet papillon est diffusé ce samedi 28 février à 13h45 sur Canal+, en clair.

Rédaction en chef : Thomas Zribi. Produit par CAPA.

Les sujets proposés sont une sélection de reportages vus ces deux dernières saisons :

ÉTATS-UNIS, LE POURFENDEUR DES LOIS ANTI-SDF de Nathalie Gros (1ère diffusion le 10/01/2015). En Floride, la petite station balnéaire de Fort Lauderdale est devenue la risée du monde entier pour avoir arrêté en novembre dernier un nonagénaire, coupable d’avoir donné à manger à des SDF. Arnold Abbott, fringant vétéran de la seconde guerre mondiale, est l’ami des pauvres. Depuis plus de 20 ans, ce militant de la première heure leur vient en aide, quitte à braver la loi. Et la loi, dans ce lieu de villégiature, est taillée pour les riches, pas pour les clodos.

INDE, L’ENNEMI JURE DES GRANDS LABOS PHARMACEUTIQUES de Mandakini Ghalot (1ère diffusion le 12/04/2014). En Inde, la guerre des médocs bat son plein. D’un côté, la firme CIPLA, géant mondial du générique et des médicaments low-cost, de l’autre les laboratoires pharmaceutiques qui voient d’un très mauvais œil que leur homologue indien clone sans autorisation des molécules qu’elles ont mis des années à trouver. Au centre, un Dieu vivant pour des millions de patients, le Robin des bois des médocs : Yusuf Hamied. Son credo : non à l’apartheid médical.

ARGENTINE, A LA RECHERCHE DES BÉBÉS VOLÉS de Julien Ferrat et Mathilde Guillaume (1ère diffusion le 25/10/2014). A Buenos Aires depuis 36 ans, Guido s’appelait Ignacio et comme tous les Argentins, il a entendu les messages diffusés par l’Association des grands-mères : « si tu es né entre 1976 et 1980 et que tu as des doutes sur tes origines, appelle-nous ». Il y a quelques mois, ce pianiste «qui ressemble peu à ses parents» se soumet à des tests ADN...

Crédit photo © Xavier Lahache - Canal+.

Commenter cet article