Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 05/02 5h42

"Yvan Colonna, l'impasse", document cette nuit sur France 3.

Ce jeudi 5 février à 23h20 sur France 3, un film documentiare d’Ariane Chemin, Samuel Lajus et Gilles Perez : Yvan Colonna, l'impasse.

Yvan Colonna, ancien ennemi public numéro 1. Pendant cinq ans, l’homme a été recherché par toutes les polices de France, son visage à la une des journaux. Sa traque a mobilisé plusieurs dizaines de services de police et de renseignements. 4 ans de cavale, 3 procès, et une inconnue : qui se cache derrière cette image ?

Comment le fils d’un ancien député français a-t-il pu être reconnu coupable du meurtre d’un préfet de la République, Claude Erignac, assassiné le 6 février 1998 ? Le plus haut représentant de l’Etat exécuté depuis Jean Moulin. Yvan Colonna a dit son innocence mais ne parle pas plus.

Qui se cache vraiment derrière l’image du fugitif ? Le principal protagoniste lui même a su jouer de ses non dits. Il a nié avec une grande constance son appartenance au mouvement armé. Il ne s’est jamais publiquement présenté comme un homme d’action. A refusé systématiquement tout profil psychologique.

Loin de la contre-enquête, ce film se propose de remonter le temps pour dresser le portrait de cet homme silencieux. Mais retracer la vie de Colonna c’est aussi décrypter les rapports tumultueux entre la Corse et le Continent.

Un homme et une histoire, celle qui unit la Corse à l’Etat français, depuis les années 60 qui ont vues naître les prémices des premiers mouvements de lutte pour l’autonomie jusqu’à aujourd’hui où l’on assiste à la fin de la lutte armée. Et si une histoire personnelle, dans cette lutte politique pour l’autodétermination, pouvait retracer, épouser, les grandes lignes de la lutte armée ?

En s’appuyant sur le témoignage de ceux qui le connaissent, de sa famille, d’anciens militants, de ses amis et de ses avocats ce film revient sur deux destins imbriqués ; celui d’un homme et celui d’un combat pour une île, la Corse, qui devient le théâtre bleu de leur histoire.

Ariane Chemin est grand reporter au journal Le Monde et spécialiste des affaires Corses. Samuel Lajus et Gilles Perez sont les réalisateurs d’une quinzaine de films documentaires dont « Génération FLNC » en 2002.

Crédit photo © 13 Productions.

Commenter cet article

phildepoitiers 06/02/2015 20:05

Finalement un peu décevant ce reportage. Des erreurs semble t'il ! Bonnet a bien dit au procès que les colonna n'étaient pas sur la liste qu'il tenait de l'informateur contrairement à ce que disent les journalistes d'fr3. D'autre part il n'a pas été évoqué l'absence de presomption d'innocence, l'absence de preuve, l'acharnement politique et médiatique outrancier dont il a fait l'objet.il a été jugé avant son arrestation. Il n'a pas été dit non plus que les temoins de cet assassinat n'ont pas reconnu yvan .Rien sur les pressions policières, politiques exercées sur les épouses du commando, sur le medecin légiste .etc...ces journalistes ont fait un portrait plutôt incolore d'yvan alors que l'homme est intelligent ,cultivé et aimé de ses nombreux amis. Aujourd'hui il se bat encore et encore pour faire reconnaitre son innocence et nous sommes là à ses côtés pour le soutenir .Peu importe ses orientations politiques , un homme reste innocent tant que la preuve tangible de sa culpabilité n'est pas établie, en tout cas dans une démocratie !
Des questions..encore des questions..., ou sont passées les notes du Préfet? ce fameux carnet qu'il ne quittait pas ? Comment le commando savait-il que Mr Erignac se rendrait au Kalisté car son ami Mr Colombani avait oublié de reserver les places au concert ? De plus le concert était donné dans une salle ou Mr Erignac n'avait pas ses habitudes ? La direction du Kalisté ne le savait pas non plus et il a fallut à la hate trouver des sièges pour l'épouse et pour le Prefet ! Qui a prevenu le groupe qu'il serait à cette soirée et dans ce lieu ? A qui appartiennent les empreintes laissées sur les baillons des gendarmes de Pietrosella et qui ne sont pas celle de Colonna ni celles des hommes arrétés ?...
une dernière chose pour les journalistes... les prémices de mouvements autonomistes ne sont pas nés en 1960 mais dans les années 20 avec la parution du premier journal fondé par petru Rocca "a Muvra" me semble t'il...

custom40 05/02/2015 17:53

je regarderai le documentaire. Mon précédant commentaire ayant été modéré, malgré qu'il ai été rédigé sur la base de faits existants, je suivrai avec attention les autres commentaire si toutefois cela m'est permis.
Merci

leblogtvnews.com 05/02/2015 18:09

Bonsoir,
pas de trace de commentaire modéré. Etes-vous sûr de l'avoir validé ? Je vous invite à le republier :)

Niellu LECA 05/02/2015 09:48

A regarder en gardant à l'esprit la conclusion du dernier rapport de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme : “ A l'issu de six semaines de procès et au vu des éléments contenus dans le présent rapport, la question du caractère équitable de ce procès est clairement posée.“

custom40 05/02/2015 17:54

on peu aussi garder à l'esprit, les procès et les verdicts.

charles 05/02/2015 09:17

Je regarderai ça, évidemment ... B|