Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 11/03/2015 7H55

De Thierry la Fronde à Jean Jaurès : les mémoires du comédien Jean-Claude Drouot.

En vente dès ce milieu de cette semaine en librairies : Le cerisier du pirate. Editions L'Archipel.

De 1963 à 1966, petits et grands s’enthousiasment pour les aventures de Thierry la Fronde, le Robin des Bois français.

Un jeune comédien belge, inconnu du public, incarne le rôle-titre de ce feuilleton à petit budget, tourné en forêt de Rambouillet. En quelques semaines, le voilà aussi connu que Johnny, Delon ou Belmondo… Un succès qui tient du conte de fées. « Pourtant, tout n’était pas si simple… »

Très vite, en effet, Jean-Claude Drouot est tiraillé entre sa gloire soudaine et sa passion : la scène. En équilibre entre télévision populaire et théâtre d’avant-garde (Arrabal, Delteil…), il marque les esprits dans Les Gens de Mogador, Gaston Phébus ou La Rivière Espérance, tout en interprétant Genet, Beckett, mais aussi Sophocle, Racine, Hugo, Giraudoux. On le verra tourner pour Agnès Varda ; créer des spectacles exigeants dans son théâtre de Reims (Shakespeare, Sartre, Rostand, Claudel), tout en gardant un pied à Hollywood ; obtenir enfin la consécration en entrant à la Comédie-Française, pour finalement revenir à sa propre compagnie…

Devant la caméra de Claude Chabrol ou Nina Companeez, en costume de Fracasse, d’Alceste ou de Jaurès, Jean-Claude Drouot est resté un « frondeur ».

Ses souvenirs de scène et de vie sont ceux d’un enfant de la télé, dévoué au public, qui s’est juré de « ne jamais ressembler à un vieil acteur de théâtre ».

Commenter cet article