Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 05/03 6h18

Envoyé spécial ce jeudi : pommes, faillites de commerçants, djihad 2.0.

Ce jeudi 5 mars 2015 à 20h45 sur France 2, nouveua numéro d'Envoyé spécial, un magazine de la rédaction dirigé et présenté par Guilaine Chenu et Françoise Joly.

Les sujets proposés :

- Peut-on encore manger des pommes ? Un reportage de Valérie ROUVIERE Fruit préféré des Français, 19 kg par an et par personne, on peut en acheter toute l’année. Mais que sait-on des pommes que nous consommons ? Sont-elles toujours un atout pour notre santé ?

- Les nouveaux visages de la crise. Un reportage de Matthieu FOUROUX et Christelle PLOQUIN Ils sont pharmaciens, boulangers, plombiers et mettent la clé sous la porte. Artisans commerçants, ils sont de plus en plus nombreux à faire faillite, ce sont les nouveaux visages de la crise.

- Au coeur du Djihad 2.0 Un reportage d'Elise Le Guével, Matthieu Niewenglowski et Ghislain Delaval. Vidéos de décapitation, propagande et recrutement, le groupe Etat islamique a réussi depuis 2 ans à créer sur Internet et les réseaux sociaux, une machine de guerre médiatique. Elle distille la terreur et parvient à convaincre des jeunes de tous les pays de rejoindre ses rangs. Comment cette propagande se construit-elle ? Comment lutter et avec quels outils ?

 

Commenter cet article

gunter 07/03/2015 22:09

Quelle pauvreté scientifique !


Il est affligeant de voir comment la quête de l'audimat peut conduire à un tel documentaire.


Prenez un sujet en vogue : l'utilisation des pesticides, appliquez le au fruit le plus consommé : la pomme, présentez le tout sans aucune objectivité et vous susciterez l'intérêt du téléspectateur.


Il est bien sur vrai que la culture traditionnelle de la pomme fait appel aux pesticides, comme la majorité des fruits et légumes d'ailleurs.


Pourquoi : pour répondre à la demande du consommateur !


Pour vous en convaincre, postez vous au rayon fruits et légumes de votre supermarché et observez le comportement des acheteurs. Ils choisissent les plus beaux fruits, ronds, colorés, sans défauts.


Les arboriculteurs ne font donc que répondre à la demande. Vu le prix exorbitant de ces produits chimiques, permettant d'approcher la perfection requise, croyez vous qu'ils ne préfèreraient pas s'en passer ?


Mais il est vraiment regrettable que ce reportage soit uniquement à charge.

Certes vous pourraient rétorquer que la journaliste a tenté d'interroger les professionnels concernés. C'est vrai, en débarquant à l'improviste dans un verger et en téléphonant devant la caméra, sur le parvis de l'église. Ne croyez vous pas que la réponse à de telles accusations nécessite un peu de préparation, surtout dans le climat de tension qui peut régner dans ces régions.

Je pense qu'ils auraient aimé vous répondre que l'utilisation des pesticides répond à un cahier des charges drastique, et qu'ils sont régulièrement contrôlés quant à son respect. La reportage fait état d'une cinquantaine de traitement mais se garde bien de vous préciser que seule une partie contient des pesticides et qu’aucun traitement de ce type n’est appliqué le mois précédant la récolte. D'autre part, de nombreuses alternatives à l'utilisation de ces produits chimiques sont employées en routine, comme la confusion sexuelle par exemple, méthode biologique visant à éloigner le papillon rendant les pommes "véreuses".

En plus d'être totalement partial, ce documentaire s'appuie sur de pseudo-preuves scientifiques très discutables.

Prenons les analyses de cheveux. Nous pouvons en conclure que le voisin du verger et l'ouvrier agricole ont été exposés aux pesticides. Mais qu'en est t-il d'un sujet lambda (la journaliste par exemple) ou d'une personne consommant exclusivement des produits biologiques. Cette analyse n'aurait de valeur que si elle était comparative. Vu l'ampleur de l'utilisation de ces produits, il y'a fort à parier que des résidus auraient également été trouvés chez les sujets témoins.



Mais nous aurions pu nous attendre à plus de rigueur de la part d’un médecin. Le Docteur SOULLIER nous fait part d’une mystérieuse patiente de 60 ans soufrant d'une étrange maladie soit disant provoquée par l'exposition aux pesticides. De quel diagnostic s'agit t-il ? Comment peut-on affirmer le rôle des pesticides ?
Ce praticien fait également part d’une augmentation du nombre de cancer de la prostate. En effet, le nombre de patient atteint de cette maladie a beaucoup augmenté ces dernières années, mais partout en France et surtout par le fait d’un dépistage de masse. A t-elle comparé l’augmentation dans sa patientelle à l’augmentation nationale ? J’en doute.

Alors par pitié gardez l’esprit critique et n’avalez pas tout ce que les journalistes en quête d’audience vous déversent.

Les pesticides sont-ils dangereux ?
Oui personne ne peut le nier.

L’utilisation extrêmement règlementée EN FRANCE (ce n’est pas le cas dans tous les pays qui inondent les étals avec leurs produits) faite par les arboriculteurs est elle dangereuse pour la santé ?
Personne n’a la réponse quoi qu’en dise ce reportage.

Donc pour commencer achetez des pommes ORIGINE FRANCE et à la BONNE SAISON.
Ensuite si vous êtes de nature anxieuse et que vous en avez les moyens, tournez vous vers le BIO.

Anonyme 08/03/2015 17:37

Merci !
Encore une fois le sensationnalisme prend le pas sur le VRAI journalisme

gauquelin 06/03/2015 19:46

Faillite :
Ancienne cliente de la pharmacie les tournesols de Cozes, il serait bon de rectifier certaines informations. Cette pharmacie fonctionnait très bien avec les anciens propriétaires, mais quand pour un médicament ordinaire contre le cholestérol on vous dit que celui ci n'existe plus et que vous le trouvez dans l'autre pharmacie ! plusieurs fois vous attendez que l'on veuille bien vous servir et puis un jour vous vous dites pourquoi pas aller voir ailleurs. Aussi que ces pharmaciens ne se plaignent pas maintenant ils ont tout fait pour faire fuir leur clientèle.

Magrés Nathalie 06/03/2015 12:36

Merci et bravo de votre reportage sur la faillite des petits commerçants,nous vivons actuellement ce problème et nous nous sommes complètement retrouvés : burn -out,hospitalisation,solitude,perte d'estime de soi,sentiment d'échec,de culpabilité et de honte,dettes...Nous nous sommes senti le devoir social de tenir pour le village et les personnes agées .Six années pour tout perdre et n'avoir plus que des dettes,toute notre épargne y est passée,notre patrimoine personnel,notre santé,6 ans sans prendre de vacances,pas de vie privée,nous nous sommes coupés de tous liens sociaux en dehors du commerce,une famille de 3 enfants laissée pour compte et aucun droit,aucune aide derrière. J'étais conjointe collaboratrice et depuis 3 ans je travaillais également comme salariée...La liquidation est en cours ,rien n'avance comme on voudrait et nous commençons seulement à nous détacher de notre "bébé"et nous sentir "libérés"malgré nos dettes,nous essayons de réapprendre à vivre! Nous avons la chance d'avoir retrouvé un CDI tous les 2 et nous en estimons heureux en ces temps de crise et de chomage. La vente de notre maison ,si elle se vend car là non plus ce n'est pas simple...devrait permettre d'épurer nos dettes.Nous ne voulons plus jamais devenir propriétaire ni entreprendre quoique ce soit...

Fantomette 06/03/2015 07:37

Mon habitation est entourée de champs de pommiers, côté sud à environ 35m et côté ouest plus près. Je confirme les propos d'Envoyé Spécial ; en revanche il n y a pas que dans le Limousin ou proche de Manosque chez ce jeune agriculteur, venez faire un tour du côté des Vignères (lieudit) entre Cavaillon et Avignon dans le Vaucluse. Les habitations frôlent des hectares de pommiers. Ils empoisonnent tous les habitants et les ouvriers. Dans le coin c est une "OMERTA" silence absolu.
Le maire de cavaillon donne le surnom de Gaulois au habitant de cette bourgade. Sur le lobbie de la pommes règnent quelques agriculteurs qui se partagent des hectares.

Madeleine 05/03/2015 22:09

Je voudrais adresser 1 message d'espoir au couple de boulangers.
Nous avons vécu la même chose il y a un peu plus de 3 ans. Contraints de vendre notre maison suite à des dettes professionnelles et liquidation de l'entreprise, nous nous sommes retrouvés dans une situation identique à la votre. Le même âge que vous et des années de travail pour rien. En revanche, un énorme soulagement a suivi cette période difficile Restez solidaires, gardez le moral et la tête haute, n'ayez surtout pas honte et soyez patients... l'une ou l'autre porte s'ouvrira à vous et vous fera oublier le passé.

Minette 05/03/2015 22:45

Madeleine et au couple de boulanger,

J'ai loupé l'émission et je vous signal que je subit en ce moment aussi une situation difficile perte de la clientèles suite a 2 de mes ex employés qui mon volé mon fichier clients suite a l'ouverture de leur commerce après leur démission détournement pendant leurs heures de travail alors quel était encore en poste pendant six mois elles ont volé je les attaques pour vole avec préméditation je vais portait plainte car ma société et en chute libre je ne dors plus ma vie et un cauchemar difficile de sourire et de faire comme si rien face au peu de client qu'il me reste heureusement j'ai quelque client qui son de mon coté et qui on était contacté pour venir dans le commerce a moins de 400 m du miens elle souhaite témoigner pour le pré justice que je vie actuellement. Je me bat pour ne pas perdre le fruit de mon travail... je vais avoir 50 ans de tout perdre a cette âge la impossible de reconstruire un conseil ne faite pas confiance a votre personnel c'est le pire ennemi pour vous.

Manou 05/03/2015 21:40

A savoir aussi que les châtaigniers les haies de thuya et bien d autre choses crèvent et que les gens qui construisent aujourd'hui dans cette région du limousin (le triangle de la mort )signent un document leur disant qu ils n'auront aucun droit de ce plaindre des nuisances produit par les actes par les agriculteurs

Sophie 05/03/2015 21:15

Apprenti sorcier !!! Honte à ce producteur de pommes qui se conservent 1 an ! Comment un jeune agriculteur peut-il produire un tel fruit ? Aucun sens des responsabilités. Et il ne pourra pas dire qu'il ne savait pas...honte à cette agriculture ! Et non !!!! Les consommateurs ne veulent pas de ce type de pommes !

Sophie 05/03/2015 21:17

Dans un VRAI magasin BIO !

cathy13 05/03/2015 21:12

"Le consommateur veut" : la seule excuse de ceux qui usent et abusent des pesticides, et qui écartent les fruits "imparfaits"... mais moi je veux manger des pommes uniquement en saison, je me moque qu'elle soit tapée ou écorchée ou brune par endroit : je veux une POMME, pas un traitement chimique ! qui va répondre à mon désir de consommateur ?

Phil 05/03/2015 20:50

Concernant, le sujet sur les pommes, moi qui épluchait généreusement les pommes de peur des pesticides. soyez assurés que je n'achèterais plus de pommes, c'est la bonne période pour planter un pommier je présume.
Phil 38 ans