Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 08/04

Inspiré de faits réels : L'enfant de Buchenwald ce mercredi soir sur M6.

Téléfilm inspiré de faits réels, d’après le best-seller de l’Allemand Bruno Apitz « Nu parmi les loups ». L'enfant de Buchenwald est proposé en première diffusion ce 8 avril à 20h55 sur M6.

En avril 1943, alors que sa femme attend un enfant, Hans Pippig est déporté au camp de concentration de Buchenwald. À son arrivée, le Kapo André Hofel (à la tête d’un réseau de résistants au sein du camp) le prend sous son aile, en souvenir de l’amitié qu’il portait à son père. Deux années plus tard, quelques semaines avant la libération de Buchenwald, un Polonais, Marian, arrive au camp avec une valise dans laquelle Hans découvre un enfant juif de 3 ans, Stefan. Hans, le Kapo Hofel et un groupe de prisonniers décident de le protéger au péril de leurs vies. Malgré le danger de mort qui pèse sur lui, Hans est prêt à tout pour sauver Stefan dans lequel il voit l’enfant qu’il aurait dû avoir avant d’être déporté. L’enfant devient alors le symbole de l’espoir et de l’avenir dans l’enfer de la captivité…

Diffusé sur la chaîne allemande ARD le 1er avril, le téléfilm a été un succès : il a rassemblé 5.5 millions de téléspectateurs, pour 17% de part d’audience auprès de l’ensemble du public

Le téléfilm sera suivi à 23 heures des Evadés du camp de Sobibor. Une production Darlow Smithson pour National Géographic. De mai 1942 à l’automne 1943, 250 000 Juifs ont péri à Sobibor, dans ce camp de la mort, situé en Pologne, près de la frontière ukrainienne. Mais le 14 octobre 1943, les prisonniers se révoltent. Ils viennent d’apprendre que leur extermination était programmée, et qu’aucun ne survivrait. Pour eux, il n’y pas d’autre choix. A l’aide de couteaux, de haches, de pelles, et de leurs simples prières, ils éliminent leurs gardiens, ouvrent une brèche dans les barbelés et s’évadent. Ce sont des hommes, des femmes, mais aussi des enfants et des personnes âgées. Tous ont choisi leur destin, ils ne reculeront pas. Face à eux, une immense forêt, des marécages, et peut être la liberté. Mais pour cela, il leur faut traverser un champ de mines, éviter les balles des SS et échapper à leurs poursuivants. Sur les 300 évadés de Sobibor, seuls 47 ne seront jamais repris. Grâce aux témoignages bouleversants de survivants, dont certains sont revenus sur les lieux 70 ans après la révolte pour rendre hommage aux victimes, d’archives inédites et d’une reconstitution minutieuse, ce documentaire revient sur cette incroyable histoire de révolte.

Commenter cet article