Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 03/05 7h15

Spécial gaspillage de l'argent public dans Capital le 17 mai.

Année après année, on annonce des mesures pour réduire la dépense d’argent public. Il est notamment prévu un nouveau plan d’économies de 50 milliards d’euros entre 2015 et 2017. Pourtant nous restons des champions internationaux de la dépense publique. Alors comment faire pour maîtriser la masse salariale des 5,6 millions de fonctionnaires ? Comment se fait-il que des investissements publics disproportionnés ou inutiles continuent d’être décidés ? Est-on trop généreux avec nos élus et notamment quand le premier d’entre eux, le président de la République, quitte le pouvoir ?

Numéro spécial d ecapitla le dimanche 17 mai à 20h55 sur M6.

Très chers fonctionnaires municipaux. Il y a quelques semaines, la nouvelle a fait grimacer de nombreux contribuables. Malgré les promesses de la campagne électorale de 2014, beaucoup de maires augmentent les impôts locaux : +15% pour les taxes foncières et d’habitation à Toulouse, +10,5% pour la taxe foncière à Lille ou bien encore +7,5% pour l’ensemble des taxes locales à Marseille. Certes les municipalités doivent compenser la baisse des dotations de l’Etat mais beaucoup d’entre elles font face à une augmentation continue de leur masse salariale. Ces dernières années le nombre de fonctionnaires municipaux a fortement augmenté pour atteindre 1,2 million de personnes. Et ils coûtent très cher car une fois titularisés, ils bénéficient de l’emploi à vie. Très souvent les maires leur accordent de travailler moins de 35 heures et d’avoir plus de jours de congé que les autres fonctionnaires. Un dérapage des dépenses qui semble incontrôlable. Car les intercommunalités sensées permettre des économies ont démultiplié le nombre de fonctionnaires communaux. Sans compter l’attitude de quelques élus locaux qui embauchent pour s’assurer le soutien électoral de la population.

Quand mon maire est pris par la folie des grandeurs. C’est la partie la plus visible du gaspillage de l’argent public. Tous ces monuments ou équipements publics disproportionnés ou inutiles. Même si l’Etat est souvent à l’origine de ces erreurs qui coûtent très cher, les maires, parfois emportés par la « folie des grandeurs » ne sont pas en reste. D’une « oeuvre d’art » de rond-point à 300.000 euros à Perpignan à un somptueux musée peu visité à Biarritz en passant par un centre aquatique digne d’une métropole à Montauban, Capital a mené l’enquête.

Le train de vie des « ex » de la République. Les anciens présidents sont-ils trop gâtés par la République ? C’est ce que laisse entendre le député socialiste René Dosière. Selon cet élu qui s’est fait une spécialité de lutter contre le gaspillage de l’argent public, tous les moyens mis à disposition de Valéry Giscard d’Estaing, de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy coûtent chaque année 6,2 millions d’euros aux contribuables. Il faut dire que les anciens chefs de l’Etat ne sont pas oubliés par l’Etat. En plus de leur retraite, ils peuvent disposer d’un appartement avec du personnel, d’une voiture avec chauffeur et d’un bureau avec sept collaborateurs sans compter leurs gardes du corps. Ces moyens mis à disposition sont-ils justifiés et les anciens hauts responsables politiques sont-ils aussi bien traités à l’étranger ?

Commenter cet article

beraud 14/05/2015 21:01

scandaleux!!!!!! les contribuables payent pour rien ils triment toujours sur tout ( personne n est capable ds le gouvernement de stopper ses depenses abusives pour diminuer les impots . les contribuables c est bien connu les tetines de l etat!!!!!! qu ils prennent notre place!!!!etc etc et ++++++