Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 06/06 16h00

Vidéos de L'effet papillon du 6 juin : reportages au Népal, aux USA, au Congo.

Ce samedi 6 juin à 13h45, en clair sur Canal+, L’EFFET PAPILLON était présenté par Daphné Roulier. Rédaction en chef : Thomas Zribi / Produit par CAPA.

Les reportages diffusés sont visibles ci-dessous :

NÉPAL, LE MILLIONNAIRE QUI VEUT RECONSTRUIRE LE PAYS de Constantin Simon et Louis Milano-Dupont. 8600 morts, 10000 blessés, un demi-million de sans-abris et la mousson qui menace. Le Népal est toujours dans une situation d’urgence absolue après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril. Huit millions de Népalais, sur les trente que compte le pays, ont besoin d’aide, et le manque de moyens est criant. La catastrophe aurait déjà coûté neuf milliards d’euros selon le gouvernement népalais, soit la moitié de son PIB annuel. Pour suppléer l’incurie de l’Etat, très nettement dépassé par ce désastre, un millionnaire distribue vivres, tentes et dollars aux villageois coupés du monde. Il ne ménage ni ses efforts ni son argent pour venir leur porter secours et investir pour l’avenir du pays.

ÉTATS-UNIS, AHMED, DU STAND-UP CONTRE L’ISLAMOPHOBIE de Feurat Alani. Aux Etats-Unis, les actes islamophobes se multiplient. En Caroline du Nord, trois étudiants musulmans ont été assassinés sur un campus tandis qu’au Texas un attentat a eu lieu lors d’un concours de caricatures de Mahomet. Pour lutter contre ce climat de haine, dérider l’atmosphère et faire évoluer les mentalités, plusieurs comiques d’origine musulmane ont décidé de s’attaquer aux racines du mal… par le rire. Ahmed est l’un d’eux. Il est le champion toute catégorie de cet humour "muslim". Ces sketches sur le Net, à la télévision et sur scène font un carton.

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO, LA VILLE CIMETIÈRE DE KINSHASA de Alexandre Duyck et Antoine Imbert. En République démocratique du Congo, deux tiers de la population sont dans une situation d’extrême pauvreté. Par nécessité et parce qu’elles n’ont nulle part où aller, des familles entières s’installent dans les cimetières. Certaines y sont depuis des années, titres de propriété en main. La vie y semble presque normale, on y joue aux osselets entre l’école et le dispensaire. Mais les autorités ne sont pas prêtes à laisser les vivants parmi les morts…

Crédit photo © Stéphane Grangier - Canal+.

 

Commenter cet article