Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 06/06 6h41

Reportage ce samedi sur TF1 : Les chefs de l'impossible...

Un reportage de Jérôme SESQUIN, diffusé après le journal de 13 heures ce samedi 6 juin 2015 sur TF1.

Ils maîtrisent les techniques culinaires à merveille mais au lieu de faire mijoter leurs bons petits plats dans les cuisines d'un restaurant, ils ont fait le choix de l'aventure. Qu'ils cuisinent dans la rue, dans un train, en plein vol ou dans un téléphérique, ces chefs de l'impossible partagent le même goût du défi. Christian Bodiguel dirige depuis plus de 30 ans les cuisines d'un train mythique, le Venise Simplon Orient Express. Yvan Cadiou a fait construire " la plus petite cuisine du monde " qui tient dans une valise. Anne-Sophie Pic a lâché les cuisines de son restaurant 3 étoiles pour préparer un festin dans un avion à 10.000 mètres d'altitude et enfin Stéphane Froidevaux, un chef grenoblois, va transformer pour un soir le plus grand téléphérique de France en restaurant éphémère, sans gaz ni électricité, à la grande surprise de vacanciers tirés au sort.

Christian Bodiguel est depuis plus de 30 ans le chef du Venise Simplon Orient-Express. Un train mythique qui relie Paris à Venise et fait revivre l'atmosphère des romans d'Agatha Christie. Mais servir une cuisine gastronomique à bord est un défi au quotidien. À commencer par les livraisons en gare. " Il y'a pratiquement 2 tonnes de marchandises. On a à peine une heure pour tout charger. Donc il ne faut rien oublier. Une fois, il y a 20 ans, j'ai tiré le signal d'alarme parce que le boulanger ne m'avait pas livré le pain. ". En cuisine, il a fallu aussi s'adapter. Chaque centimètre est exploité pour y glisser des ustensiles. Il a imaginé des techniques pour contrer les secousses du train. Pas question que l'eau déborde ou que les assiettes volent ! Presque tous les plats sont faisables à quelques exceptions près. " Par exemple, les fritures, on n'en fait pas. C'est dangereux. Ça peut faire flamber. J'ai fait une seule fois des frites, c'était pour le fils de John Travolta parce qu'il voulait absolument des frites. Malgré les difficultés, j'aime ce que je fais. Travailler pour le train c'est fabuleux. Je me sens chez moi ici. ".

Yvan Cadiou a conçu une valise qu'il transforme en cuisine complète. " Une cuisine, c'est un plan de travail, un plan de cuisson et un plan pour l'installation de matériel. C'est tout ". Effectivement, sur le marché de Saint-Rémy de Provence où il propose une démonstration en public, rien ne manque. " C'est la cuisine la plus petite... Et en même temps c'est un très bel objet qui a été fait par un créateur. C'est comme de la haute couture quoi ! ". Ce saltimbanque a fui le stress des grands restaurants pour vivre la cuisine autrement. Il a même monté un spectacle culinaire qu'il a joué sur une scène parisienne pour "partager la cuisine avec le plus grand nombre mais aussi apporter une autre vision de la cuisine. ". Une démarche qu'il développe aujourd'hui sur Internet dans une web série originale. A chaque épisode, il pose sa valise dans un nouveau pays et propose aux passants un marché insolite : un repas préparé à domicile en échange d'un lit pour la nuit.

Anne-Sophie Pic a lâché les cuisines de son célèbre restaurant pour élaborer les recettes d'une compagnie aérienne. Mais il lui faut s'adapter aux contraintes de la cuisine en vol. Entre la perception du goût qui change à 10.000 mètres d'altitude, les mesures d'hygiène drastiques et les problèmes posés par le réchauffage, les recettes doivent être travaillées de nombreux mois. Son mari David l'encourage dans sa démarche. Mais son plus grand défi est d'affronter sa peur de l'avion lors du service d'un repas en plein vol entre Paris et New-York. Une expérience qu'elle pousse très loin en dressant chaque assiette à la pince en direct comme dans son restaurant.

À Peisey Vallandry, le chef Grenoblois Stéphane Froidevaux va transformer le plus grand téléphérique de France en restaurant éphémère. Un défi de poids car à bord il n'y aura ni électricité ni gaz. " C'est bien de temps en temps de se retrouver dans des conditions à risque. Cela pimente un peu la vie. Je suis un homme de défis, un cuisinier de l'extrême parce que tout ce qui est compliqué, ça m'excite ". Les délais sont courts. Entre la transformation express des deux bennes en salles de restaurant, le repas servi en un temps record et l'espace cuisine réduit à son strict minimum, les obstacles sont nombreux et l'accident jamais très loin. " Le repas qu'on va faire, en temps normal, prend 3 heures. Donc il va falloir tout compresser. Aller plus vite sur les montages, sur le dressage. Tout en accéléré. C'est vrai que c'est super chaud. ". Accompagné de son épouse Léa et de toute son équipe, il va tout faire pour que les convives, des vacanciers tirés au sort, passent une soirée inoubliable. Une aventure très émouvante. " Je suis très ému parce que, en fait, c'est mes tripes. C'est ma cuisine. C'est mon univers. Et je suis en face de clients qui me découvrent ".

Crédit photo © DR

Commenter cet article