Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 13/06 6h58

Sondage pour iTélé : malgré un mea culpa, le voyage de Manuel Valls ne passe pas.

Enquête réalisée par ODOXA pour ITélé & Le Parisien / Aujourd'hui en France auprès d’un échantillon de Français interrogés Internet les 11 et 12 juin 2015. Echantillon de 1 011 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

►67 % des Français interrogés ont déclaré que le voyage à Berlin du Premier ministre était quelque chose de « grave ». Pour un sondé sur trois, cette affaire constitute même quelque chose de « très grave ». Les sympathisants de droite réprimandent nécessairement plus l’affaire, ils sont 80% d’entre eux à considérer l’affaire comme « grave » et 47% à considérer que l’affaire est « très grave ». Les sympathisants de gauche, eux, sont plus partagés. Cependant, prêt d’un sympathisant de gauche sur deux et 30% de sympathisants socialistes estiment cette affaire comme « grave ».

► L’allocution de Manuel Valls n’a pas suffi à reconquérir l’opinion publique. 58% des sondés n’estiment que cette annonce de Manuel Valls « n’a pas clos la polémique. » Les sympathisants de droite sont les plus inflexibles : 71% d’entre eux sont de cet avis. 40% des sympathisants de gauche et 28% des sympathisants socialistes eux-aussi ce sentiment.

► Cette polémique aura de fortes répercussions sur l’image de Manuel Valls : 68% des Français interrogés considèrent que l’image du Premier ministre a été détériorée « car il n’aurait jamais dû faire ce voyage ». Seuls 31% des Français jugent que cette affaire a amélioré l’image du Premier ministre « parce qu’il a montré qu’il était capable de faire amende honorable ».

 

Commenter cet article

AHAH 13/06/2015 14:27

Hormis un ex président qui n'a jamais su gouverner autrement que par les sondages, on se demande bien qui d'autre aurait pu commander une étude aussi indispensable...