Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 03/08 7h01

Urgences d'état pour l'archipel d’Hawaï : à voir ce lundi.

L’archipel d’Hawaï. Des plages de sable blanc et des eaux turquoise qui attirent chaque année 7 millions de touristes. Symbole de ce paradis : la célèbre plage de Waikiki.

Mais le décor de rêve s’étiole au fil des ans. Surpopulation, urbanisation, érosion, Waikiki n’est plus que l’ombre d’elle-même. Car partout dans l’archipel, l’érosion côtière est devenue une réalité. 70% des plages d’Hawaï sont érodées.

Derrière l’image paradisiaque, Hawaii est aujourd’hui un archipel vulnérable. Erosion mais aussi coulées de laves et tsunamis menacent le décor idyllique. Avec 3 des volcans les plus actifs au monde, l’ile d’Hawaï est assise sur une véritable poudrière. Depuis 1983, le volcan Kilauea est en constante éruption. Ses coulées de lave dévastatrices ravagent régulièrement de nombreux villages. Et depuis juin 2014, la lave cerne le village de Pahoa.

Aujourd’hui, les regards sont tournés vers le Mauna Loa. Le volcan qui culmine à 4169 mètres inquiète désormais les scientifiques. Un scénario semble catastrophique : une éruption suivie d’un séisme qui pourrait provoquer un tsunami colossal. Si le principal risque se trouve dans les entrailles de « Big Island », c’est l’ensemble des îles qui fait face aux tsunamis. En cause, des séismes qui se produisent non pas à Hawaï, mais à des milliers de kilomètres de là, au Japon, en Alaska ou encore au Chili. Au centre du Pacifique, Hawaï est l’état des Etats-Unis le plus exposé aux tsunamis. Les autorités prennent le risque très au sérieux, mais du côté de la population, la prise de conscience est encore lente. Comment combiner tourisme et préservation du littoral ? Comment protéger les populations face aux coulées de lave ininterrompues ? Dans un décor idyllique, est-il possible de sensibiliser les habitants et les touristes, face à un risque majeur de tsunami ?

Dans tout l’état d’Hawaï, il y a urgence.

Document inédit à voir le lundi 3 août à 20h40 sur France 5.

Crédit photo © LPBV

Commenter cet article