Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 01/08 7h06

Reportage sur TF1 : Comparutions immédiates, justice marathon.

Un reportage de Clémence Badault, Vincent Fereira, Vincent Barral, Arnaud Maurial et Mathias Denisot, diffusé après le journal de 13 heures ce samedi 1er août sur TF1.

Violences conjugales, cambriolages, infractions graves au code de la route : 90 délits de ce type sont jugés chaque année en comparution immédiate au tribunal de Pau. Ces affaires ne nécessitent pas d'investigations poussées car les prévenus, souvent des récidivistes, ont avoué ou sont arrêtés en flagrant délit.

Pour désengorger le tribunal et apporter une réponse pénale plus rapide, le procureur décide donc de les faire comparaitre à l'issue de leur garde à vue, face à trois juges. En moins d'une heure souvent, certains partent en prison.

Pour un paquet de chips, Benoît a menacé un vigile dans un magasin avec un couteau. Il était ivre lorsque les gendarmes sont venus l'arrêter. Déjà condamné plusieurs fois pour menaces et outrages à agent, il sort à peine de prison. Cette fois, il risque un an ferme. Sa mère et ses deux enfants assistent à l'audience qui ne va durer que quelques minutes. " J'en ai marre de cette vie, dit-il, parfois c'est comme si la bouteille me parlait ! " Il réclame l'indulgence des juges et demande à être soigné.

Monsieur Mathieu a été flashé la veille à 253 km/h sur sa moto. Un très grand excès de vitesse, sur une route départementale alors qu'il était sous l'emprise de stupéfiants. Lui aussi risque la prison ferme mais il affiche une étonnante décontraction ! " Y a pas mort d'homme... J'ai accéléré pour me faire plaisir... "

À 19 et 20 ans, Michael et William ont braqué un bureau de tabac. Ils ont avoué et leur ADN a parlé. Un maigre butin, 600 euros, mais un geste qui peut leur valoir 10 ans de prison. Mais qui de Michael ou de William est le " cerveau " du braquage ? Tout l'enjeu de l'audience, pour le président du tribunal, sera de déterminer le rôle exact de chacun : il mène l'enquête face à deux prévenus qui, à la barre, se rejettent mutuellement la faute.

Crédit photo © DR.

Commenter cet article