Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 28/09 6h41

"A l'Elysée, un temps de président", sur France 3 : extraits du document d'Yves Jeuland.

Ce lundi 28 septembre en première partie de soirée sur France 3 : diffusion du documentaire "A l'Elysée, un temps de président" d'Yves Jeuland, suivi d'un débat de 40 minutes animé par Carole Gaessler, avec la participation d'éditorialistes et de politologues.

Extraits ci-dessous, à propos de la presse people, puis le secrétaire général à l'Elysée s'entretient  avec le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. Enfin, entrevue Hollande - Valls avant un Conseil des Ministres.

A propos du documentaire:

Été 2014. Le président de la République prépare sa rentrée politique, affine son discours. Mais une guerre en Irak, une tempête sur l'île de Sein, un gouvernement qui démissionne, un livre vengeur et destructeur viennent contrarier le rythme présidentiel. À l'Élysée, la vie continue, malgré tout : remises de décorations, discours à peaufiner, interviews, visites de chefs d'État, Garde républicaine... Dehors, le pays grogne, le monde gronde. Temps politique et médiatique. La presse a faim, elle s'impatiente. 31 décembre : le président souhaite une bonne année à la France. Mais, le 7 janvier, c'est l'alarme, les attentats. Et le 11 janvier, Paris devient la capitale du monde avec des millions de manifestants.

Credit photo : © Sebastien CALVET / La Générale de Production

C’était il y a quatorze ans, le 14 juin 2001. J’ai rendez-vous avec François Hollande. Le premier secrétaire du Parti socialiste m’accueille rue de Solferino. Il a apprécié mon documentaire Paris à tout prix, tourné lors de la longue campagne municipale parisienne de 2001, et il veut en parler avec moi. Quant à moi, en rencontrant François Hollande, j’ai une idée derrière la tête. Lionel Jospin est Premier ministre, et il ne fait alors aucun doute qu’il sera candidat à l’Élysée. Il est même donné vainqueur face à un Jacques Chirac vieillissant.
François Hollande voit Jospin presque tous les jours, et il se murmure que, en cas de victoire, Hollande est favori pour occuper l’Hôtel Matignon. Mon désir : filmer Jospin qui a déclaré peu de temps auparavant qu’il lui faudrait bientôt « fendre l’armure ». Filmer Jospin, mais hors période électorale. En liberté. Hollande trouve l’idée bonne. Il me dit qu’il va essayer de convaincre le Premier ministre d’accepter la présence de ma caméra.
Je prends rendez-vous à Matignon mais cela n’ira pas plus loin. Jospin refuse. Les arguments de François Hollande n’y font rien. Je suis déçu. Mais je pense que si Hollande devient Premier ministre de Lionel Jospin dans un an, je filmerai peut-être ses premiers jours à
Matignon.

Lionel Jospin ne sera pas président de la République. Fin de partie.
C’était l’an dernier, le vendredi 13 juin 2014. Je me retrouve dans le bureau du président de la République. Rencontre impromptue, imprévue, qui durera presque une heure, en tête à tête. Doté d’une mémoire hors du commun, François Hollande évoque ce rendez-vous de 2001, me rappelle certains détails oubliés de notre conversation et ce projet avorté de film avec Lionel Jospin.
— C’était pourtant une bonne idée. D’ailleurs,
Jospin n’a jamais vraiment fendu l’armure, me
glisse le président.
— Vous non plus, si je peux me permettre…
François Hollande marque un temps et esquisse
un sourire.
— Cela voudrait dire que si j’acceptais un tournage
avec vous, j’aurais un destin électoral plus clément
que celui de Jospin ? Il faut y réfléchir à deux fois
avant de vous dire non !
Il rit. Puis se reprend.
— C’est vrai que je suis aussi un peu dans une
coquille, une carapace, et que peu de gens savent
vraiment qui je suis.
Deux mois plus tard, le tournage commençait. Il m’a souvent été donné de filmer la politique et les politiques. Dans la conquête du pouvoir – Paris à tout prix, Un village en campagne – ou dans les derniers mois d’un pouvoir – Le Président,
Delanoë libéré. Mais je n’avais encore jamais filmé l’exercice du pouvoir.

(Yves Jueland)

Commenter cet article

yenamarre 29/09/2015 22:41

Ce que ce reportage m
ontre est lamentable et creux! honteux, comment peut on manquer de décence à ce point, alors qu'il y a en France tant de difficultés!
Si un chef d'entreprise se comportait ainsi, avec une équipe aussi inefficace, il ne tiendrait pas longtemps, et tout cela avec l'argent des contribuables.
Quand au chargé de com', un narcissique de première

Après, des "journaleux" veulent nous faire croire que FH est "intelligent", ils briguent des avantages personnels ou quoi?
Parce que l'intelligence de FH, faut vraiment la chercher!

christophe 29/09/2015 07:51

Le reportage en lui même est fade. Mais le pire est le sentiment de gachis et de désordre qui en ressort. Des hordes de galonnés payés à attendre, un président sans ordinateur qui multiplie les secrétaires, des réunions d où rien ne semble ressortir. On envie la rigueur et la sobriété Germanique devant ce désastre de comm !

Jarod 28/09/2015 09:07

La critique TV de Télé Cable Sat Hebdo n'est pas tendre : "On s'ennuie ferme devant cette succession de séquences convenues, à la limite du publi-reportage de promotion."

leblogtvnews.com 28/09/2015 09:15

et "sans grand intérêt" selon Télé 7 jours, qui ajoute que "l'omniprésence du conseiller en comm' finit par déranger"...