Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 25/09 17h17

Débat dans Ce soir ou jamais! : Face à l’afflux de réfugiés, que faire et que penser ?

Magazine hebdomadaire présenté par Frédéric Taddeï, produit par MFP et réalisé par Nicolas Ferraro, « Ce soir (ou jamais!) », fait enfin sa rentrée. Ce vendredi 25 septembre à 22h35 sur France 2.

Thème de la semaine : " Face à l’afflux de réfugiés, que faire ? Que penser ? "

Pour en débattre, Frédéric Taddeï a invité :

Edgar Morin, philosophe, auteur de Penser Global.

Jacques Attali, écrivain, auteur de Peut-on prévoir l'avenir ?

Béatrice Giblin, géopoliticienne.

Henri Guaino, député Les Républicains, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy.

Eugénie Bastié, journaliste au Figaro.

Pascal Manoukian, grand reporter, écrivain, auteur de Les Echoués. ​

Séquence musicale live avec le quintette Feu! Chatterton.

Crédit photo © JP Baltel - France 2.

Commenter cet article

Ibelin 26/09/2015 22:00

Bonsoir, D'une manière générale je n'ai pas trouvé le débat très innovant ! ... assez limitée même.
Les raisons nous poussant à aider ces réfugiée (et les migrants alors ... ?) sont bien là, il parait impensable au nom de notre confort de ne pas les aider, ce serait d'ailleurs tout simplement une non-assistance à personnes en danger.
Mais dans ce débat tout était confus, il manquait un esprit capable de synthétiser.
C'est peut être parce que toute l'Europe était, pendant des mois, attablée à la question grecque. Discutant de chiffres et de règles économico-juridiques avec une certaine intransigeance, voilà que l'actualité lui demande de faire le grand écart !
L'avénement des réfugiés, prévisible néanmoins, lui demande de faire face à des questions relevant uniquement du sens humain !
Chaque pays réagit selon son propre intérêt, mais cela ne règle de loin pas le problème, tout juste répondent-ils à une partie de l'urgence.
Il semblerait, que cette fois-ci, il est temps d'aller au bout des choses et de régler véritablement des situations alambiquées depuis trop longtemps. Soyons clair, "cette fois-ci", car la menace sur l'Europe devient véritablement grande.
Peu importe, si seulement cela permettait de mettre un terme aux attitudes encore et toujours coloniales des plus puissants.
Il faudrait continuer à être présent, sur place, mais également impliquer d'autres pays, proposer des alternatives aux réfugiés, que se soit pour le court ou le long terme, ... avoir de l'imagination, positive et se bouger.
Dans ce sens, j'ai trouvé M. Guaino motivant, sans considérer ses solutions guèrrières.
Mais en effet, il va falloir agir et très largement, avec le moins de calcul possible, ce serait plus efficace.
Seule une attitude pragmatique, neutre, désintéressée mais déterminée permettrait de mettre un terme aux drames qui sévissent aux moyen-orient depuis trop longtemps.
Il y a donc deux temps.
Le premier : donner un avenir aux réfugiés, sans que leurs fuite ne créent d'autres drames ailleurs, il faut immédiatement une solidarité large.
Le deuxième, créer un espace, un temps particulier, avec l'opinion publique si cela est nécessaire, sur la question du moyen orient et décréter un temps de réflexions et de propositions visant à la résolution des conflits, ceci avec un agenda et un but définit.
Ceci dans l'esprit d'un développement durable.
Pour terminer, il faut avouer que ceci est émminement difficile, il faudrait pouvoir dire tant de choses, mettre des limites là ou il n'en existe pas et offrir un avenir à certain qui n'en ont pas.
Et cela nous remettrait totalement en question ... . Le monde va devoir grandir.
Je crains que jamais cette voie ne sera prise.
Le débat était-il biaisé par cette utopie ?

caro 26/09/2015 11:55

Encore une fois, Guaino nous a fait une démonstration éblouissante de ses talents de menteur : ainsi Kadhafi menaçait de tuer un million de personnes à Benghazi ! dans une ville qui compte moins de 700 000 habitants ! peut être que des habitants des environs étaient réfugiés dans cette ville, portant par exemple la population à deux millions, ça veut dire tuer une personne sur deux ? rappelons que la Libye compte 6,2 millions d'habitants au total ; de plus les menaces de Kadhafi contre Benghazi ont été contestées.

HERON 26/09/2015 09:28

J'aurais aimé qu'on lise cet article http://www.lepetitlivrevert.fr/non-classe/exemples-de-cooperation-possible-avec-un-revenu-de-base/ pour tenter de résoudre à long terme ce vrai problème. Le RBI est une solution. Pour le court terme : les appartements et maisons en vente (comme la mienne) pourrait être mis à disposition selon les propositions du ministère de l'intérieur :Pas plus de 18 mois, loyers sociaux garantis. Etat des lieux garanti.

louka 26/09/2015 00:41

des milliers d'émigrés arabo/musulman vont trouver du travail, quittant leur pays , mais les gens de leur pays comment feront-ils pour se battre si tout le monde fuit en plus ces sont des grands gaillards. Attali ,vit dans quel monde, comme ci il y avait les 30 glorieuses. Au nom des migrants d'antan, sommes nous obligés d'accepter ces refugiés qui vont devenir communautaire , exigeant au principe de leur religion et tradition dans les écoles et dans la société, attali c'est ce qu'il parle avec ces chiffres,

Françoise Niel Aubin 26/09/2015 12:00

Bonjour.
Je comprends ta réaction.

Mais pour que les éminences grises, soient tentées de rester, il est indispensable qu'elle soient, à défaut d'être respectées dans leurs activités politiques, au minimum, "non persécutées", ce qui n'est pas le cas....
D'autre part, dans l'hypothèse, où la guerre parvienne à cesser, sur place, certains souhaitent y retourner.

Oui, je sais, certains diront "on peut toujours rêver".

J'ai connu des portugais, moi, qui sont retournés dans leurs pays, quand ils ont pu. Dans chaque vague d'immigration, il y a un pourcentage qui retourne effectivement sur sa terre natale, pour peu que le pouvoir en place, en ait le désir.
Pour ce qui est de ton commentaire, au sujet de jacques Attali, je te trouve bien dur.

La notion de soutien, et d'empathie, vis à vis de la détresse d'autrui, est un sentiment universel (uni vers Elles), et faire référence, à la seconde guerre mondiale, en faisant références aux Justes, qui ont sauvés des juifs, ou caché et sauvé des enfants, pendant cette triste période que connut l'Europe, me semble au contraire, parfaitement légitime, et honnête.

Quand tu prétends qu'aujourd'hui, les choses seraient différentes, vis à vis du chômage, etc.... Je suis vraiment stupéfaite, qu'on puisse tenir ces propos.
OUI, le chômage est un problème, et alors ??? Est ce que pour autant, on les laisse se noyer????

billote marie 26/09/2015 00:03

bien loin des réalités des citoyens, particulièrement Jacques Attali, saoulant! bien pensante l'émission de ce soir, entre soi Contreverse difficile malgré quelques velleités interessantes mais minoritaires. loin loin de la base.

Françoise Niel Aubin 26/09/2015 12:06

Et bien moi, je trouve au contraire, que ça fait du bien l'élever le debat, justement. parce que devant une telle situation de crise, il faut tenter de hisser le debat vers le haut, ce qui a été fait, il me semble, hier soir.

Quand je dis "hisser vers le haut", je veux dire, bien loin des idées xénophobes, qui sont véhiculées, par le Front National, ou Nicolas Sarkozy, qui crie, lui, à l'invasion, serbvant la soupe au FN, alors qu'il oublie juste d'où il vient, lui, le fils d'immigré.

Heureusement qu'à cette époque, les pays de l'Est qui rechignent tant à accuillir, les réfugiés, avaient la chance de voir nos frontières leur être ouvertes, sinon, personne ne sait ce que ferait aujourd'hui, un Nicolas Sarkozy, et ce qu'il serait, arriviste comme il est, comme métier.

Décidément, certains ont la mémoire courte.

iso 25/09/2015 23:37

J'aimerai savoir Jacques Attali a déja vecu dans les cités de la RP. Je suis enfant d'immigrés mes parents m'ont donné un prénom français parce que je suis née en France. J'ai vécu français grandie français . Aujourd'hui dans les classes des banlieux , très peu porte ne serait ce un prénom français, acheté du porc devient sacrilège. y'en a marre des bobos qui parlent de ce qu'ils ne vivent pas.

Françoise Niel Aubin 26/09/2015 12:09

On peut être né, avec une cuiller en argent, dans la bouche, et être sincère, dans sa démarche politique...

Toi, qui a cette histoire, il doit bien arriver que tu prennes la parole, sur des sujets de société, que tu n'as pas expérimenté, et je considère que pour autant, ça ne rend pas ton crédit caduque, pour autant.

Mdee 25/09/2015 23:36

L'émotion nous tuera. La semi-guerre de Hollande contre Assad comme celle de Sarko contre Khadafi avaient un prix, nous le payons aujourd'hui. La belle âme de Son Eminence Attali plait à Dieu et laisse à Cesar les problèmes d'intendance. Avec une Afrique que nous n'avons jamais aidée à se développer, ce pauvre Cesar va avoir du boulot...

mdee 28/09/2015 09:28

A l'intention de Françoise: le panafricanisme est un mot que j'ai entendu mais dont le sens m'échappe et m'indiffère. L'argent versé pendant des décennies aux anciennes colonies permettait à leur dirigeants d'acheter français (de l'armement notamment). Ce joli boomerang financier n'a jamais profité aux Africains "de base" en terme d'infrastructures, d'investissements ou même de santé (un dispensaire de brousse ne sert à rien si l'on ne peut s'y rendre faute de moyens). C'est ce détournement de fonds qui explique que l'africain d'aujourd'hui est aussi démuni que celui d'autrefois et c'est en ce sens, bien sur, que je disais que nous n'avons jamais aidé l'Afrique.
Voir dans ce constat l'expression du "profond mépris" d'un colonialiste est à la fois étrange et révélateur. Moi, je n'ai jamais parlé d'intelligence ou de savoir faire. Interpréter l'aide technique ou financière (que la France demande tous les jours sur les marchés) en termes de handicap est une falsification particulièrement tordue. Comme souvent, le commentaire en dit plus long sur le commentateur que sur le commenté.
L'émotion nous tuera... parce que l'idéologie nous aveugle. A +

Françoise Niel Aubin 26/09/2015 12:24

Je trouve pour le moins risqué, je dirai "partisan"de faire une forme de parallèle, entre les actes de Nicolas Sarkozy, vis à vis de Kadafi, et François Hollande, vis à vis de Bachar el Assad...

Oui, je sais, j'ai bien relevé, le discours de Henri Guaino, au sujet de son ami, Nicolas Sarkozy, quand il a dit "franchement, à sa place, moi, je ne sais pas comment j'aurai fait"....

Il oublie juste un détail, et qui est de taille, qui réside, dans le fait, que sauf erreur de ma part, il semble bien que Nicolas Sarkozy, soit allé chercher des fonds, auprès de Kadafi, pour financer sa campagne électorale....

D'accord ?

Alors, le jour, où vous entendrez parler du fait, qu'un candidat Socialiste, aurait financé sa campagne électorale, chez ces gens là, et bien on en reparlera...

D'ailleurs, c'est simple, quand monsieur Guaino, parle de son mai Sarkozy, de cette façon, je sens son amitié si forte, que les larmes me venaient, je vous jure....

Bon, c'est vrai que monsieur Guainno, a fait des progrès considérables, je veux dire par là, qu'il devient de plus capable, de laisser voir, chez lui, de véritables bonnes raisons de faire de la politique. Comme quoi, chacun mange son croissant, visiblement, c'est bien, il ne sont plus allergiques au gluten ! mdr.....

Ensuite, je te cite :

"Avec une Afrique que nous n'avons jamais aidée à se développer".
le panafricanisme, tu connais ?
C'est une theorie, de farfelus, dis donc, qui, tiens toi bien, voudrait nous faire croire, qu'il se trouve sur le sol africain, suffisemment d'intelligence, et de savoir faire, pour qu'ils deviennet eux, les veritables acteurs, de leur destinée...
en fait, cette phrase, que tu as dite, là, ne fait que traduire un profond mépris, emprunt d'un colonialisme, qui en dégoute plus d'un.....
Et pas uniquement si l'on a la peau noire, soit dit en passant.

Pour moi, tu es ce que j'appelle "un pauvre homme"... qui traine ta bêtise, lourdement, dans chaque cellule de ton cerveau raciste.

iso 25/09/2015 23:49

je n' aurait pas su le dire aussi joliment

HERON 25/09/2015 23:16

Je vous conseille cet article : http://www.lepetitlivrevert.fr/non-classe/exemples-de-cooperation-possible-avec-un-revenu-de-base/

HERON 27/09/2015 11:15

A l'attention de Françoise. Je viens d'aller faire un tour sur votre site. Merci d'y avoir mis le lien de mon article.Je suis, je pense, en plein accord avec votre point de vue.

Françoise Niel Aubin 26/09/2015 18:54

http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/politique-internationale/le-revenu-de-base-international.html
heron,heron, "petit patapon".