Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 14/09/2015 10H30

Santé, la loi du marché : enquête dans Cash Investigation ce lundi.

Longtemps érigé en modèle, notre système de santé est aujourd’hui au bord de l’asphyxie. En 2014, le trou de la sécurité sociale a atteint plus de 11 milliards d’euros, 2 milliards de plus que prévu.

En 15 ans, la dette des hôpitaux publics a été multipliée par trois. Pour sortir de cette situation catastrophique, une dangereuse course à la rentabilité s’est engagée. Multiplication des actes inutiles mais rémunérateurs, recours aux sociétés d’optimisation, médicaments à l’efficacité contestée…

Pendant un an, Elise Lucet et l’équipe de Cash Investigation ont mis le système de soins français sur la table d’opération. Et le diagnostic est effarant. A découvrir ce lundi 14 septembre à 23 heures sur France 2.

Pour combler leur déficit et toucher plus d’argent de la sécu, certains établissements n’hésitent plus à pratiquer des opérations inutiles sur des patients, quitte, parfois, à jouer avec la santé des Français.

Cash a réalisé un travail inédit sur l’ensemble des données des établissements français et révèle le classement des hôpitaux publics qui opèrent le plus, pas toujours pour de bonnes raisons. De plus en plus d’établissements n'ont plus d'autre choix que de troquer le serment d’Hippocrate contre la loi du marché. Ils ont recours aux services de sociétés privées pour optimiser leurs recettes et vont même jusqu’à…frauder la sécu. Une pratique généralisée, symbole d’un système à bout de souffle.

Pourtant si l’argent de l’assurance maladie manque cruellement aux établissements de santé, d’autres s’enrichissent avec. Chaque année, les laboratoires pharmaceutiques multiplient leurs bénéfices en faisant rembourser par la sécu des médicaments dont la nécessité est largement contestée. Elise Lucet et l’équipe de Cash ont enquêté sur les traitements anti-cholestérol, les statines, que 7 millions de français avalent tous les jours. Avec les statines, les firmes ont réussi le hold-up du siècle. Un coup de maître réalisé avec l’aide d’experts qui n’ont pas hésité à tronquer des courbes et de médecins très influents, grassement rémunérés par les labos, qui n’ont pas peur des conflits d’intérêt.

Commenter cet article