Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 29/10/2015 14H55

A voir dès ce jeudi : La série parodique inédite Au service de la France.

1960. C’est avec une immense fierté qu’André Merlaux, 23 ans, intègre les services secrets français, les meilleurs au monde. Trois fonctionnaires d’élite vont le former à remplir les missions les plus délicates : devenir ami avec les Allemands, garder l’Algérie française, préserver l’empire colonial, faire grève... André apprend vite que la supériorité de la France repose sur la perfection de son système administratif, et qu’un coup de tampon sur un mauvais formulaire peut déclencher une guerre mondiale. Il pourrait devenir le meilleur d’entre les meilleurs, mais il tombe amoureux de la mauvaise personne...

Sur le mode parodique, la série inédite Au service de la France se veut une plongée désopilante dans les coulisses des « services », à une époque de grands chamboulements.

A découvrir ce 29 octobre, puis les 5 et 12 novembre sur ARTE. 4 épisodes au format 26 minutes par soirée.

Série d’Alexandre Courtès. Scénario : Jean-François Halin, Claire Lemarechal et Jean-André Yerles.

Avec : Hugo Becker, Wilfred Benaïche, Christophe Kourotchkine, Karim Barras, Bruno Paviot, Jean-Édouard Bodziak, Mathilde Warnier, Joséphine de La Baume, Marie-Julie Baup.

Avec le producteur Gilles de Verdière, on avait envie de
montrer les coulisses des services secrets français. Ce
qui m’amusait particulièrement, c’était de décrire ces
services secrets comme une administration tatillonne,
ringarde, avec en toile de fond un pays sûr de sa suprématie,
et en réalité ignorant des grands enjeux du
moment. J’ai été chercher l’imaginaire de mon enfance
(le feuilleton Des agents très spéciaux, les premiers
James Bond), pour le plonger dans une ambiance de
bureau, hiérarchisée, pesante... française ! Avec les coscénaristes
Claire Lemaréchal et Jean-André Yerlès, on a
donc imaginé un Service où un vol de trombone serait
aussi important qu’une crise à Cuba…

Jean-François Halin

ÉPISODE 1 : LE TSÉT André Merlaux, est engagé comme stagiaire dans les Services Secrets français. Sous l’oeil aguerri de Moïse, le directeur des opérations, trois agents d’élite vont le former à devenir un espion : Moulinier, en charge des affaires africaines, Jacquard, qui s’occupe de l’Algérie, et Calot, spécialiste des pays de l’Est. Le jeune candide découvre avec surprise le Service dirigé par l’intimidant Colonel Mercaillon : une administration ronflante, où un coup de tampon sur un formulaire semble plus important que n’importe quelle crise géopolitique.

ÉPISODE 2 : IL Y A ALLEMAND ET ALLEMAND Moulinier et Jacquard réussissent un coup d’éclat : capturer un ancien nazi. Malheureusement pour eux, l’heure est à l’amitié franco-allemande. Déçus, ils vont tout faire pour conserver leur « prime Nazi »… quitte à créer un incident diplomatique. André, lui, fait la connaissance d’une ravissante jeune fille, Sophie. Plus efficace que ses collègues, il réussit à obtenir du prisonnier nazi des noms d’anciens collabos français. Mais au Service, ce type de renseignements a tendance à finir dans le broyeur…

ÉPISODE 3 : UN PEU DE SOLEIL Trois émissaires d’un État africain se présentent au Service. Leur requête : l’indépendance ! Moulinier est chargé de les ramener à la raison, mais il échoue. Moïse adopte une autre stratégie et confie le dossier à André. Celui-ci s’en empare avec enthousiasme, saisissant cette occasion de mettre en oeuvre ses idéaux progressistes. Il ignore jusqu’où le Service est capable d’aller pour préserver l’Empire colonial français…

ÉPISODE 4 : L’ALGÉRIE, C’EST LA FRANCE Le FLN menace l’autorité française en Algérie : Jacquard et Merlaux sont envoyés sur place pour régler le problème. En bon élève, André prépare sa mission en identifiant deux cibles potentielles. Il ne tarde pas à constater que les intérêts de Jacquard à Alger ne sont pas uniquement d’ordre patriotique… N’écoutant que son devoir, il se concentre sur la traque de l’ennemi et se confronte pour la première fois à la dure réalité du travail d’espion.

Crédit photo © Luc Roux

Commenter cet article