Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 13/10/2015 11H30

Le véritable coût de l'immigration : document ce mardi soir.

Les idées reçues sur les étrangers qui s’installent chez nous sont nombreuses. Un documentaire inédit, proposé ce mardi 13 octobre en première partie de soirée sur France 5, donne la parole à des immigrés ​et à des experts. Et démontre, chiffres à l’appui communique la chaîne, "le non-sens de notre xénophobie".

 

A propos de ce film de Martine Delumeau et Michel Welterlin:

"Le débat sur l’immigration en France véhicule beaucoup de fantasmes. Une idée bien ancrée dans les esprits voudrait que de plus en plus d’immigrés arrivent chez nous, aient du mal à s’intégrer et gangrènent les finances du pays. Pour démêler le vrai du faux, la réalisatrice Martine Delumeau est partie à la rencontre de plusieurs primo-arrivants, d’origines et de catégories sociales différentes, qui cherchent à s’installer ou à poursuivre leur vie en France. En les suivant dans leur quotidien, en chiffrant les aides qu’ils perçoivent, mais aussi en mettant en exergue leur contribution économique et culturelle à la collectivité, ce film révèle l’envers du décor et rend compte sans détour d’une réalité inattendue qui pourrait faire bouger les lignes. Yazan, le jeune réfugié syrien, Milli, la consultante péruvienne, Julia, la vendeuse polonaise, Mohamed, le médecin marocain, ou Christian, l’entrepreneur camerounais, reviennent sur les raisons de leur venue en France et donnent à voir une autre image de l’immigration. Plusieurs experts – économistes, démographes, chercheurs, historiens – apportent des précisions essentielles et laissent entrevoir ce que serait la société française sans immigrés".

 

Après le documentaire, Marina Carrère d’Encausse proposera un débat avec plusieurs invités. La France est-elle toujours attractive pour les migrants ?

- Wali Mohammadi, ancien réfugié afghan, auteur "De Kaboul à Calais, l'incroyable périple d'un jeune afghan". Arrivé à Calais à 14 ans, il est accueilli par une famille d'accueil. Après plusieurs "petits boulots" d'apprenti boulanger dans la grande distribution, il est aujourd'hui naturalisé français depuis 2008, il travaille comme interprète au sein de l'association ISM interprétariat et poursuit des études de Sciences politiques. Lui-même voulait au départ migrer en Grande Bretagne. Il dit que la France n'est plus attractive pour les migrants afghans ou syriens, car il n'y a pas assez d'emplois.

- Jean-Christophe Dumont, chef de la division migration à l'OCDE Economiste de formation, il a une approche plus nuancée sur l'apport des migrants et réfugiés dans notre économie : " On ne peut donc pas déduire que les réfugiés avec des niveaux de qualifications élevés vont aisément trouver un emploi." Il sort du discours angélique sur la crise migratoire sans tomber dans un discours d'extrême droite.

 

C’est en discutant avec le producteur
Michel Welterlin que l’idée de faire un film sur
l’immigration légale en France a germé. Le sujet m’intéresse
depuis longtemps, puisque, il y a des années,
j’ai collaboré à un magazine de France 3 qui s’appelait
Premier Service et qui entendait favoriser les échanges
entre les différentes composantes de la société. Je suis
toujours étonnée de voir que les informations véhiculées
dans les médias, les débats télévisés, les interviews
des politiques ne correspondent pas aux résultats des
études des chercheurs ni à la parole des experts. Les
idées reçues sur l’immigration régulière sont nombreuses
et bien ancrées dans l’imaginaire collectif. Il y
a une fonction sociale des idées reçues, au sens où les
propager, les renforcer permet de faire perdurer des
formes d’inégalités qui conviennent à une partie de
la société française. C’est aussi un moyen de détourner
le regard des vraies questions. Quand un politique
déclare par exemple qu’il ne faut pas que les immigrés
aient accès au RSA à leur arrivée, il sait très bien que
ce n’est pas le cas. Mais pendant ce temps il ne parle
pas d’autre chose.

Martine Delumeau

Commenter cet article