Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 02/10 6h40

Littoral, un trésor français : ce vendredi dans l'émission Thalassa.

Tout au long de nos côtes, le Conservatoire du Littoral protège depuis 40 ans un patrimoine naturel et fragile. Au fil du temps, ce long et patient travail de préservation a porté ses fruits : 160 000 ha sont désormais sous sa protection, soit 1450 km de côtes.

Thalassa vous propose ce vendredi à 20h55 sur France 3 de découvrir ou de redécouvrir quelques-uns des plus beaux sites préservés de nos rivages. Rançon du succès, notre littoral attire de plus en plus de nouveaux habitants. Mais comment concilier l’Homme et la Nature sur des rivages où la mer gagne parfois du terrain ? Territoire sous tension, cet espace singulier génère autant de rêves que de convoitises !

“La vente au Conservatoire du Littoral est une prolongation de soi-même dans le temps. On n'a pas la même impression que si l’on avait vendu à un privé.” Après mûre réflexion, Gabriel Malauzat a signé cette année l'acte de vente de la propriété de 650 hectares que sa famille possède en petite Camargue. Un site exceptionnel pour sa richesse écologique et un achat unique dans le Languedoc Roussillon en 40 ans d'existence pour le Conservatoire du Littoral. Sur les trois façades maritimes métropolitaines, Thalassa a suivi le travail d'achat foncier réalisé en 2015 par l'établissement public.

” On le fait pour nous, pour protéger notre patrimoine, parce qu’on est orgueilleux et qu’on aime notre terre. Si les gens reviennent c’est parce qu’on l’a protégée ”. En Corse, François Vescovali fait découvrir le désert des Agriates aux touristes à cheval. Entre mer et maquis ce sont 15000 ha qui ont échappé à l’urbanisation grâce à l’intervention du Conservatoire il y a 36 ans.

"On a fait preuve d'immodestie en pensant qu'on allait dominer la mer. Aujourd'hui on n’a plus cette prétention." Dans l'Hérault, Philippe Carbonnel pratique ce que l'on appelle « le repli stratégique » sur la commune de Vias près du Cap d'Agde. Le maire a décidé de déplacer le front de mer vers l'intérieur des terres, pour recréer un cordon dunaire et sa plage. Certains campings peuvent repositionner leur activité en arrière du littoral mais des propriétaires privés très attachés à leurs cabanons de vacances doivent partir. Comment faire comprendre aux riverains qui vivent « les pieds dans l'eau » qu'il faut reculer et quitter le bord de mer ?

Ce débat se heurte au désir de littoral que connaît la France depuis plusieurs décennies. Chaque année, ils sont toujours plus nombreux à vouloir faire du bord de mer leur décor quotidien, quel qu’en soit le prix !

" Je me suis dit que je finirais mes jours au bord de l’eau ! Et pourquoi pas y vivre tout de suite ? C’est quand même plus agréable, donc c’est ce qu’on fait ". A Fouesnant, en Finistère, Cédric est ce que l’on appelle un « néo-habitant » converti aux charmes de la vie avec vue sur mer. Entre rêves et réalités, nous suivrons le parcours de 3 familles qui ont jeté leur dévolu sur la Bretagne.

Crédit photo © France 3 / Thalassa

Commenter cet article