Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 26/10/2015 13H20

Résistances, héros de la première heure : document inédit sur France 3.

Ce lundi 26 octobre à 20h55, France 3 propose la diffusion du documentaire inédit "RESISTANCES, héros de la première heure" de Laurent Jaoui, suivi de la rediffusion de "Résistantes" de Pierre Hurel.

Un film de 90 minutes réalisé par Laurent Jaoui et raconté par Gérard Darmon. Écrit par Laurent Jaoui et Olivier Wieviorka.

Eté 1940. La première armée du monde s’effondre en quelques semaines. Assommés, les Français confient à un vieux maréchal auréolé de gloire le soin de les mener et de sauver ce qui peut l’être. L’immense majorité acquiesce et accepte, en silence, le défaitisme du vainqueur de Verdun. Toute la société subit passivement son sort. Le Reich va battre l’Angleterre et régner sur l’Europe : il faut se plier à cette loi d’airain clament les réalistes. Mais une poignée d’idéalistes récusent cette fatalité. Issus de tous les milieux, hors de tout parti, ils se déterminent seuls, suivant la voix de leur conscience. De cette diversité émerge des formes diverses de refus, de luttes et de combat. Elle forme au fil du temps ce que l’on appelle la Résistance.

Les personnages :

Christian Pineau. Syndicaliste, croyant, socialiste, il rédige dès 1940 Le Manifeste du Syndicalisme français, lance la même année le mouvement Libération-Nord, puis crée, après son voyage à Londres, le réseau Phalanx. Arrêté en mai 1943, il est déporté à Buchenwald. Son itinéraire permet d’évoquer la résistance de zone nord, un mouvement socialisant, les hésitations du syndicalisme, les relations avec la France libre (via la rencontre avec de Gaulle) et les négociations autour du Manifeste.

Henri Frenay. Fondateur du mouvement Combat, le plus important des mouvements de la Résistance. Son itinéraire permet d’aborder bien des questions politiques qui se posent à la résistance : attitude de l’armée, positionnement d’une résistance initialement droitière à l’égard de Philippe Pétain, négociations avec le camp vichyste, rapport à de Gaulle, unification de la résistance, rapport aux Américains, débouchés politiques de la résistance. Il permet tout autant d’aborder la question des moyens d’action : propagande, NAP, maquis, Armée secrète, faux papiers, insurrection nationale ou non.

Marie-Madeleine Fourcade. Proche des milieux d’extrême droite, elle est également proche au départ, de l’idéologie vichyste mais fonde en avril 1941 un réseau britannique, Alliance. Arrêtée à de multiples reprises, elle parvient à s’évader, travaille pour le compte de Giraud puis se rallie tardivement à de Gaulle. Elle permet de traiter des femmes dans la résistance, de la rivalité entre de Gaulle et les services britanniques, des vichysto-résistants et des giraudistes.

Roger Pannequin. Instituteur, alias « commandant Marc », il opère dans la région Nord. Sympathisant communiste, son itinéraire permet d’évoquer le pacte-germano-soviétique, l’action armée, les FTP et les tentatives d’insurrection nationale.

Crédit photo © Nilaya Productions.

Commenter cet article

CADUDAL Christian 26/10/2015 22:47

Une erreur monumentale à la fin d'un documentaire somme toute assez classique dans ses illustrations et ses commentaires sinon un des derniers qui m'a fait bondir : nous sommes le 8 mai 1945 et celui qui cause proclame que " la guerre est définitivement terminée" ?!!...
peut-être contre l'Allemagne et ses alliés en Europe.
A cette date, la guerre mondiale n'est pas encore achevée.
Mon père a 20 ans au mois de mai et il combat l'allemand face à Lorient en Bretagne qui ne sera libérée que le 10 mai et St Nazaire le 11.
Quelques temps plus tard il rejoint son affectation sur le Tourville, croiseur de guerre. Direction : l'Indochine où les premiers qui lui tirent dessus ce sont les japonais.
Le 2 septembre 1945, seulement, la guerre sera définitivement terminée
Ce serait bien d'être précis.

Christian CADUDAL