Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 10/10 6h52

Les restaurants dans un lieu éloigné de tout : reportage ce samedi sur TF1.

Satisfaire les clients dans un lieu éloigné de tout, un défi quotidien pour certains restaurateurs français. En plein désert, dans une baie reculée ou en haute montagne, ils partagent tous le même goût de l'aventure.

Reportage à découvrir après le journal de 13 heures ce samedi 10 octobre sur TF1.

Spécialisé dans la restauration de l'extrême, Louis Marie de Geyer gère l'un des restaurants le plus haut du monde dans le désert d'Atacama, au Chili. À Val Thorens, Jean et Magali Sulpice, défient quant à eux, les lois de l'altitude en proposant une gastronomie étoilée dans la plus haute station d'Europe. Enfin, Nicolas Adam et sa famille, travaillent six mois de l'année dans le golfe de Girolata, uniquement accessible à pied ou en bateau.

Louis-Marie, jeune diplômé de l'école hôtelière de Lausanne, dirige le restaurant d'ALMA, l'observatoire le plus haut du monde, au Chili. Employé par une société française spécialisée dans la " restauration en milieu hostile ", il doit nourrir 300 personnes en plein désert d'Atacama...et jusqu'à 5000 mètres d'altitude. " Une vie particulière. Avec des moments incroyables qui fait qu'on ne peut pas s'en passer ".

Depuis vingt ans, Nicolas travaille en famille dans une petite baie paradisiaque entre Porto et la réserve de Scandola, en Corse. Ici pas de route, pas de parking, le restaurant n'est accessible que par la mer ou après une heure et demi de marche dans le maquis. " Les gens sont curieux, ils se demandent comment on peut avoir un village sans route à notre époque " s'amuse Nicolas. L'approvisionnement se fait uniquement par bateau, quand la météo le permet. Et Nicolas, également pêcheur, va lui-même chercher le poisson qui sera inscrit au menu du jour.

Jean Sulpice, est quant à lui, le chef étoilé du restaurant le plus haut d'Europe. Il s'est installé en 2002 avec sa femme Magali dans la station de Val-Thorens. Son restaurant culmine à plus de 2300 mètres d'altitude. " Rien n'est facile ici, c'est ça qui est fabuleux ", explique ce sportif amoureux de la montagne. Un cadre majestueux et atypique soumis aux lois de l'altitude. À cette hauteur, cuire un oeuf demande deux fois plus de temps, le vin vieillit plus vite, le pain sèche. Malgré ces contraintes, ce grand sportif, amoureux de la montagne a déjà décroché deux étoiles.

Crédit photo © DR.

Commenter cet article