Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 09/11/2015 17H

La série Cassandre, avec Gwendoline Hamon, dès le 28 novembre sur France 3.

Cassandre est l’une des nouvelles séries de France 3. Elle a pour héroïne une brillante commissaire qui, sur un coup de tête, sacrifie sa carrière parisienne au profit d’un petit commissariat de Savoie. La raison : son fils qu’elle avait quelque peu délaissé et pour lequel elle est prête à tous les renoncements, enfin... presque tous !

A découvrir samedi 28 novembre à 20h55 sur France 3.

Réalisation : Eric Duret. Auteurs : Mathieu Masmondet, Bruno Lecigne.

Interprétation : Gwendoline Hamon (Cassandre), Alexandre Varga (Pascal Roche), Dominique Pinon (Jean-Pierre Marchand), Béatrice Agenin (Evelyne Roche), Jessy Ugolin (Nicky), Emilie Gavois Kahn (La major), Delphine Serina (Claire).

Une grande femme flic de Paris, citadine invétérée, est amenée à sacrifier sa carrière pour son fils et prendre de nouvelles fonctions dans une lointaine province où rien n'est aussi efficace ni aussi rapide qu'au 36 quai des Orfèvres. Elle doit s'adapter à une équipe qui ne l'attend pas, à un monde où les voisins se connaissent sur plusieurs générations et où les nuits à la campagne sont silencieuses... Pourtant, les crimes de sang qui se commettent à Annecy, sa région, et jusqu'en bordure de la frontière suisse, n'en sont pas moins intrigants et complexes...

Gwendoline Hamon : "L’histoire de cette femme, qui décide en une fraction de seconde d’abandonner sa carrière pour s’occuper de son fils, m'a tout de suite parlé. Le film commence au moment où Constance a une vraie prise de conscience sur elle, sur sa vie. Ce choix qu'elle assume la terrorise et la fragilise énormément, mais elle y va pour son fils. Comme on va le découvrir, elle n’a que lui, elle n’a pas de vie privée et n’a pas eu réellement d’homme dans sa vie depuis son divorce. Elle vit pour son métier, sans pour autant délaisser son fils. Du moins le croyait-elle. A ce moment-là, elle a cet instinct de sauver ce qu'elle a raté. On dit que choisir, c’est renoncer, et c’est ce qu’elle fait. Pour l’instant, elle ne parle pas de ses regrets. On comprend que Paris et ses amis lui manquent, qu’elle goûte peu à la vie en montagne. Pour elle, vivre dans un chalet isolé au milieu de la forêt est un vrai cauchemar. Mais, comme elle a pris une décision, elle prend sur elle et se tient à cette nouvelle vie. Je trouve qu’il y a un paradoxe entre la puissance de sa carrière, son intelligence, son intégrité, sa force, sa psychologie et son acuité sur les gens qu'elle rencontre à son travail et ce qu'elle est profondément dans sa vie privée. Constance est bien moins forte qu’elle n’y paraît."

Sa décision ne satisfait personne, pourusit son interprète Gwendoline Hamon. "Elle le dit d’ailleurs : à Paris, on lui reproche son départ, et à Annecy, personne n'apprécie sa présence. Mais elle assume son choix, elle l’a fait pour son fils. Sa carrière, pour la première fois, est passée au second plan. En acceptant ce poste en province, elle est persuadée que ça sera plus tranquille qu’au 36. Elle se trompe. Le meurtre sur lequel elle enquête s’avère complexe. Elle, qui avait pour habitude de commander des groupes d’hommes, se retrouve à la tête d’une équipe composée de quatre personnes. Quand, à Paris, tout était bien organisé, là, il faut faire venir le médecin légiste de Lyon. Forcément, elle hallucine... et eux aussi. On la trouve un peu hautaine, on la surnomme « la Parisienne », on lui reproche sa méthodologie. Mais elle est là pour diriger et c’est ce à quoi elle s'emploie. Elle donne ses directives, impose ses méthodes, sans jamais être méprisante ou irrespectueuse à leur égard. Et si, au départ, sa relation avec le capitaine Roche semble mal partie, parce qu’ils ne viennent pas du même monde, n'ont pas eu le même parcours et ne travaillent pas de la même manière, leur honnêteté et leur droiture vont les rapprocher."

Crédit photo © Etienne CHOGNARD / CCSP

Commenter cet article