Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 07/11 6h44

Reportage ce samedi sur TF1 : Ces Français fous de Birmanie.

Cette année, la Birmanie devrait accueillir cinq millions de touristes, soit dix fois plus qu'il y a dix ans. Parmi eux, près de 20.000 Français.

Certains ont même décidé de sauter le pas et de faire leur vie dans ce pays qui s'ouvre peu à peu au monde. Ils sont " gentlemen farmer ", restaurateurs ou encore simples amoureux prêts à suivre leur épouse birmane. Ils font partie de la communauté des quelque 600 Français installés au pays des " mille pagodes ". Une terre fascinante qu'ils ne quitteraient pour rien au monde mais où la vie quotidienne réserve parfois bien des surprises.

Reportage ce samedi après-midi sur TF1.

Des surprises, Jean-Yves en a connu beaucoup. Cet ancien rugbyman originaire du Sud-Ouest de la France sillonne les routes birmanes avec son énorme 4x4. On dirait un explorateur mais Jean-Yves est agriculteur : il fait du chocolat. Il est même le seul dans toute la Birmanie. Un exploit dans un pays où le cacao ne poussait pas. Pour y arriver, il a dû innover... et se frotter à la réalité birmane. Après des années de tests et d'essais, il a réussi à mettre en place une filière entièrement bio en plein coeur de la jungle. Un milieu souvent hostile ! " Il y a certains modèles de serpents ici que je n'ai pas envie de croiser. J'ai l'air d'aller vite mais je fais quand même attention où je mets les doigts ", explique l'exploitant, déjà obligé de composer avec des colonies de fourmis rouges particulièrement agressives. Lorsqu'il n'est pas dans la jungle, Jean-Yves est dans son atelier de chocolat à Rangoon, la plus importante ville du pays. Il est le seul à maîtriser la filière d'un bout à l'autre pour faire du chocolat 100% birman. Mais là aussi, il doit faire preuve de débrouillardise. Car, quand un problème ou une panne vient perturber sa production, il doit déployer des trésors d'ingéniosité pour trouver une solution.

De l'ingéniosité et un certain goût pour l'aventure, c'est aussi ce qui caractérise Yannick. Lui, a monté son restaurant sur les rives de l'un des sites les plus emblématiques du pays : le lac Inle. Ce qu'il aime, c'est proposer à ses clients une cuisine " fusion " qui mélange les saveurs de France et de Birmanie. Alors, pour y parvenir, Yannick écume le lac à bord de sa pirogue traditionnelle et part à la rencontre des producteurs locaux de riz, de tomates, de légumes ou de fruits. Yannick connaît bien la Birmanie. Voilà 18 ans qu'il y habite. Ancien pompier de Paris, ancien plongeur, ancien compagnon du devoir, il est même devenu moine bouddhiste à plusieurs reprises. Aujourd'hui, il continue de rendre visite au moine supérieur, devenu un ami. " C'est un conseiller spirituel. Ça a beaucoup de sens, ses conseils. Il ne va jamais dire " Tu dois faire ça ". Il va dire " Là, moi je pense que... " Dès qu'il y a trop de soucis, je viens le voir ". En ce moment justement, Yannick a bien besoin de ses conseils. Il vient de se lancer dans un pari un peu fou : produire de la charcuterie dans un pays qui n'en mange pas. Et les difficultés s'accumulent !

Erwan, au contraire, n'a aucune difficulté. Le jeune homme de 35 ans est arrivé en Birmanie il y a quelques mois à peine. Il a suivi son épouse birmane et est venu s'installer à Bagan, la perle du pays, un site extraordinaire parsemé de milliers de pagodes dont certaines ont plus de 1000 ans. Depuis son arrivée, il vit en immersion parmi les Birmans. " Je vis à la birmane, je déjeune birman, je mange birman. Il faut s'adapter un petit peu mais ça se passe bien. On fait partie de la famille. Très facilement ", explique-t-il. Erwan a intégré une famille de laqueurs traditionnels et il s'est pris de passion pour la laque, une spécialité locale dont il connaît désormais toutes les ficelles. Mais il doit encore approfondir sa connaissance des traditions birmanes. Avec sa femme, il ne peut pour le moment s'installer dans sa propre maison car le couple n'est pas marié aux yeux de la loi birmane. Déjà mariés en France, les deux jeunes gens s'apprêtent donc à célébrer leur union birmane. Mais, pour cela, il leur faut l'accord... des astrologues !

Crédit photo © DR

Commenter cet article