Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 12/12 8h27

Les Pouilles, un petit coin de paradis ce samedi après-midi sur TF1.

es températures clémentes, 3000 km de côtes encore sauvages, une desserte aérienne low cost... La région des Pouilles en Italie attire de plus en plus de touristes... et pas seulement. Les Français sont toujours plus nombreux à rechercher des maisons pour passer quelques mois, voire s'installer à l'année. Découverte d'une terre insolite avec Claire et Luc, tailleurs de pierre ; Aldo, producteur d'huile d'olive, ainsi qu'Antoine, un retraité suisse qui a opté pour une vie de Robinson Crusoé.

Diffusion du reportage ce samedi après-midi sur TF1, à la suit edu JT de 13 heures.

" J'ai d'abord vu la maison, et j'ai trouvé ce cube parfait, pas trop haute, pas trop grande parce qu'à la retraite on ne vit pas avec le même niveau de vie qu'avant. Dans l'heure qui suit, je faisais des photos, et voilà... ! ". C'est en passant par hasard dans la région à vélo, qu'Antoine, un cinéaste suisse à la retraite, est tombé amoureux des Pouilles. Il a décidé de s'y installer à demeure, pour les prochaines années. Nous le suivons dans ses premiers jours d'installation dans sa nouvelle vie. Par chance, Antoine se débrouille tout seul en italien. " Ces gens de Gorgognolo, sont des gens vrais de vrais. La Palma, qui m'a gardé les chiens, elle me rend des petits services, à chaque fois que je viens, elle me propose à manger, elle me garde des choses de son réfrigérateur, les gens sont d'une gentillesse totale... L'Italie pour moi c'est toujours comme ça. " Il a choisi une ancienne maison de pêcheur, isolée, sur la côte. Une vie de Robinson Crusoé commence pour Antoine, adoucie par la gentillesse de ses voisins.

Aldo, lui, est le vétéran de la petite communauté française des Pouilles. " Ca fait 28 ans ! Whouah ! Personnellement, j'ai passé une moitié de ma vie en Italie, et l'autre moitié en France ". Paradoxalement, Aldo ne sait pas combien d'années il va pouvoir encore vivre dans le Salento, le talon de la botte italienne. Il est producteur d'huile d'olive, et comme tous les producteurs des Pouilles, il est frappé par la xylella, la bactérie qui ravage les oliviers de sa région. Aldo est en colère. Car les autorités italiennes n'ont rien tenté pour stopper l'avancée de la maladie, et que les oliviers meurent, frappés un à un. Il ne sait même pas si sa récolte sera viable cette année.

Luc et Claire eux, voient l'avenir en rose. Leur entreprise est florissante. Ce jeune couple de Français est arrivé il y a 13 ans dans une petite ville de pêcheurs. L'un est tailleur de pierre. L'autre restauratrice de sculpture. Au début, les habitants les regardaient bizarrement. "...parce qu'on achetait des maisons en ruine dans des ruelles étroites, dans le centre-ville qui à l'époque était malfamé " explique Claire. Aujourd'hui, les Italiens de Bisceglie, leur ville d'adoption, au Nord des Pouilles, leur sont reconnaissants d'avoir entrepris de restaurer les vieilles demeures du centre-ville, les " masserias ", de belles maisons de campagne, ainsi que les " trullos ", des petites bâtisses rondes de pierre sèche qui sont l'emblème de la région. Luc : " L'Italie c'est ça, ce sont des gens qui ont des bâtiments comme ça, qui ne vous connaissent pas, mais qui se lancent, qui vous font confiance, dans des restaurations qui vont prendre deux ans. Ce ne sont pas des gens pauvres, ni riches, mais qui fonctionnent à la confiance ! ". En se penchant sur les pierres, Luc et Claire ont découvert l'âme des habitants des Pouilles.

Crédit photo © DR.

Commenter cet article