Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 06/12/2015 11H55

Séparation des Eglises et de l’Etat : docu-fiction ce dimanche soir.

La loi de séparation des Eglises et de l’Etat célèbre cette année son centenaire. La Séparation, documentaire-fiction tourné sur les bancs de l’Assemblée nationale avec de grands noms du cinéma français, met en scène le débat parlementaire de 1905, qui dura plus de dix mois. Et remet en perspective la question toujours d’actualité de la laïcité.

Diffusion ce dimanche à 22h25 sur France 5.

Lorsque Paul Doumer, président de la Chambre des députés, ouvre la séance du 21 mars 1905 en amorçant « la discussion du projet portant séparation des Eglises et de l’Etat », il inaugure sans le savoir 48 séances de débats passionnés, consignés dans plus de 1 500 pages du Journal officiel. Un des moments clés de l’histoire républicaine.

C’est à partir de ces comptes rendus que Bruno Fuligni, écrivain et responsable de la mission éditoriale de l’Assemblée nationale, a travaillé pour scénariser ces joutes oratoires très argumentées en sélectionnant les discours les plus marquants.

Des exemples d’éloquence servis par les plus grands comédiens. Au banc des commissions, Pierre Arditi prête sa voix à Aristide Briand, rapporteur du texte. Au perchoir, Michael Lonsdale, alias Paul Doumer, déploie toute son autorité pour présider une Chambre où s’affrontent Claude Rich, dans le rôle de l’abbé Gayraud, Jean-Claude Drouot, incarnant un Jaurès olympien, Pierre Santini en Maurice Allard, député anticlérical, et Jacques Gallo, prêtant ses traits au comte de Baudry d’Asson, député royaliste.

Le prologue, les intermèdes et l’épilogue, qui s’appuient sur des documents d’archives, permettent de resituer le débat dans le contexte de l’époque, d’en appréhender les enjeux et de comprendre la portée de cette loi sur la laïcité d’aujourd’hui. Si la Révolution française a rompu l’unité entre l’Etat et la religion, le Concordat établi par Napoléon Bonaparte a permis de reconnaître officiellement le catholicisme comme la religion de la majorité des Français. Pourtant, cette Eglise fonctionnarisée, qui a soutenu tous les régimes autoritaires, devient la cible des républicains, qui s’emploient, une fois au pouvoir, à laïciser la France. C’est pour éviter la guerre religieuse que s’ouvrent donc les débats qui préludent à l’adoption de la loi de décembre 1905.

Credit photo © Frederic Fontenoy / DEADLINE

Commenter cet article