Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 21/01 13h13

Ce jeudi soir, L'angle éco se penche sur la question de la religion et de l’économie.

Ce jeudi 21 janvier à 23h20 sur France 2.

Présenté par François Lenglet, L'angle éco se penche sur la question de la religion et de l’économie.

Tous ceux qui prédisaient la mort de Dieu se sont trompés. L’irruption du fait religieux, qu’il soit chrétien, juif ou musulman est même en train de changer l’économie et l’entreprise. Aujourd'hui, Dieu est une valeur qui monte. Peut-on porter le voile au travail ? A-t-on le droit d’exiger de la nourriture casher ou halal au restaurant d’entreprise ? Faut-il aménager les horaires de travail pendant le ramadan ?

Avec la montée de l’islam en France, la question religieuse est de retour. Et dans l’entreprise, l'irruption du divin tourne souvent au casse-tête. En 2015, le nombre de managers ayant affronté un problème religieux a doublé par rapport à l’année précédente. Car à part les services publics, l’entreprise est un lieu privé, la liberté de conscience doit donc, en principe, y être totale. Comment concilier respect des croyances et neutralité ? Peut-on vivre sa foi et réussir dans le business? Ce sont les questions qui seront abordées.

Il y a Dieu et l’entreprise mais aussi Dieu et la finance. Nous découvrirons comment l’interdiction de l’usure chez les musulmans a ouvert la voie à la finance islamique et aux centaines de milliards d’euros qu’elle brasse dans les pays d’Asie, du Golfe mais aussi au Royaume-Uni. La France, avec ses 5 millions de musulmans, peut-elle rester à l’écart de ce marché colossal ? Dans l’Hexagone, la finance islamique démarre timidement.

Alors que nos sociétés se désacralisent en apparence, le commerce des produits religieux halal et casher est lui aussi en plein essor, un business aujourd’hui bien plus profitable que celui du bio par exemple.

Enfin, nous verrons que le business de Dieu ou d’Allah rapporte lui aussi des milliards que ce soit à la Mecque ou au Vatican.

 

Commenter cet article