Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 12/02/2016 9H45

Koh-Lanta dès ce vendredi : de nouvelles épreuves très sportives...mais pas seulement.

Dès ce vendredi sur TF1, nouvelle édition de Koh-Lanta avec 20 participants en Thaïlande.

Des hommes et femmes âgés de 21 à 56 ans. Selon Mathieu Vergne, directeur des programmes de flux de TF1 : "Cette année, vous remarquerez un certain équilibre sportif entre les femmes et les hommes".

Concernant les épreuves, Denis Brogniart souligne "Nous tenions à garder les classiques qui ont fait le succès de l’émission, même s’il était primordial d’intégrer de nouveaux jeux. Vous pourrez ainsi découvrir de nouvelles épreuves très sportives, mais pas seulement !"

Certains jeux auront  ainsi la particularité de stimuler l’intelligence. "Le plus important est d’être en mesure de proposer une diversité de jeux nécessitant autant d’efforts physiques que de réflexion. Le puzzle est l’un d’entre eux : une vingtaine de pièces de puzzle géantes seront dispersées dans l’eau. Il faudra les récupérer afin de reconstituer le plus vite possible une scène de la mythologie thaïlandaise. Certains aventuriers sauront prendre du recul et garder un certain sang-froid, d’autres seront totalement bloqués par le stress..."

40% de nouveautés dans les jeux cette année.

Pour rappel, la principale innovation de cette saison est l'île aux colliers.

Denis Brogniart détaille son principe : "Il y a toujours un camp pour les rouges et un pour les jaunes, mais aussi un autre où se retrouveront le temps d’une émission deux aventuriers, un de chaque équipe. Ils seront tous les deux livrés à eux-mêmes, ne participeront pas aux épreuves et ne pourront pas être éliminés sur cette période. Leur mission sera d’essayer de trouver un ou plusieurs colliers d’immunité cachés en pleine nature. A chaque émission, deux nouveaux aventuriers partiront sur l’île aux colliers. L’équipe rouge choisira l’aventurier jaune et vice versa".

Crédit photo © Bureau 233 / ALP / TF1 / ALAIN iSSOCK.

Commenter cet article