Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 19/02/2016 19H50

Déprogrammations : ARTE et France 3 rendent hommage à Andrzej Zulawski.

France 3 rend hommage dans la nuit de dimanche à lundi au réalisateur Andrzej Zulawski, disparu le 16 février dernier.

"Le cinéaste, novateur pour son époque, a imposé un langage très personnel et original à travers des films comme La Troisième partie de la nuit, L'important c'est d'aimer, Possession, L'amour braque, La note bleue ou dernièrement Cosmos. Le dimanche 21 février, le Cinéma de Minuit propose de découvrir ou de redécouvrir le film La Fidélité".

Photographe à succès, Clélia (Sophie Marceau) s'apprête à rejoindre le magnat de presse canadien Lucien Macroi (Michel Subor), éditeur de journaux à scandale, désireux de redorer l'image du groupe. Ce dernier, individu sans scrupule, a eu jadis une liaison avec la mère de Clélia (Magali Noël), gravement malade. Elle fait la connaissance de Clève (Pascal Greggory), un éditeur de 35 ans, dont la société est sur le point d'être rachetée par Macroi. Ce qui n'aurait dû être qu'une aventure passagère se transforme bientôt en une relation durable. Seulement, Clélia est amenée à travailler avec Nemo (Guillaume Canet), un jeune paparazzi, qui ne la laisse pas indifférente...

Scénario d'Andrej Zulawski.

Avec Sophie Marceau, Guillaume Canet, Pascal Greggory, Michel Subor, Magali Noël, Edith Scob et Aurélien Recoing.

En hommage au cinéaste polonais Andrzej Żuławski, ARTE diffuse jeudi 25 février à 22h40 son premier long métrage français L’important c’est d’aimer, avec Romy Schneider, Jacques Dutronc et Klaus Kinski.

Le photographe Servais (Fabio Testi) rencontre Nadine (Romy Schneider), une comédienne qui tourne dans des films pornographiques pour gagner sa vie. Bien qu’attirée par le jeune reporter, Nadine entend rester fidèle à son mari, Jacques (Jacques Dutronc), personnage lunaire et désenchanté. Pour la conquérir, Servais commandite, à l’insu de Nadine, une pièce de théâtre qui mettra en valeur son talent. Il emprunte l’argent nécessaire à Mazelli, un dangereux maître chanteur. Mais la pièce est un échec…

Sensuel, trouble et légèrement scandaleux, L’important c’est d’aimer fut un film culte des années 70. Romy Schneider, au sommet de son art, remporte le César 1975 de la meilleure actrice, Jacques Dutronc joue son premier rôle dramatique, et Klaus Kinski nous offre une scène de colère anthologique.

Commenter cet article

charles 19/02/2016 20:43

Superbe film, superbe Romy et, accessoirement, superbe, votre illustration, une photo que je j'avoue, je ne connaissais pas ! :)