Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 06/02 6h53

Thomas, Riwan, Kenza à l'école des corps cassés : reportage ce samedi sur TF1.

Un reportage de Stéphanie Davoigneau, diffusé ce samedi après-midi sur TF1.

C'est un lieu qui marque une vie. " La fondation ", ou " la fonda " comme tout le monde l'appelle, est un centre de rééducation situé à Saint-Fargeau (Seine-et-Marne) qui accueille une centaine d'enfants de 3 à 18 ans, souvent après une opération. À force de kinésithérapie intensive, ils réapprennent à se tenir debout, se déplacer, ou vivre avec leur handicap.

L'équipe du reportage a passé six mois dans cet internat pas comme les autres, aux côtés de quatre de ses petits pensionnaires, quatre enfants à la volonté hors du commun.

Riwan, 9 ans, est né grand prématuré, et ses muscles ne répondent pas à ses demandes. Il a déjà subi une lourde opération des jambes, mais ce petit combattant blondinet à la gueule d'ange ne lâche rien. Il supporte de lourdes séances de kinésithérapie en s'accrochant à un rêve : devenir policier dans le RAID. " Tu sais, je m'entraîne pour mon métier. Je veux protéger les gens, arrêter les méchants. J'y suis pas encore, j'ai encore le temps ". Le plus difficile pour lui est d'être séparé de ses parents. D'autant que sa date de sortie a été plusieurs fois repoussée.

Kenza, 13 ans, est à l'âge des bandes de copains et des premières boums. Adolescente sans problème il y a quelques mois, elle a contracté une maladie virale rare qui tétanise par moments ses muscles. Seule solution pour véritablement guérir : solliciter à nouveau ses muscles, ce qui est extrêmement douloureux. Malgré les crises, elle se plaît beaucoup au centre de rééducation, ravie de vivre 24 heures sur 24 avec sa nouvelle bande de copains. Comme une colonie de vacances qui ne s'arrêterait pas. Kenza se sent bien au centre. Elle redoute les regards à l'extérieur. " Dans mon collège, les gens se moquaient, alors qu'ici, on a des attelles, des plâtres, des fauteuils, personne ne se moque. On est un peu tous dans la même galère... "

Kiyanna, 8 ans, porte à la jambe une broche pour rallonger son tibia suite à une malformation. Fan de Kenji Girac, la petite fille, lumineuse et généreuse, a toujours le sourire aux lèvres et une chanson en tête. Sa famille a dû quitter les Antilles pour qu'elle soit mieux soignée en métropole. Un gros sacrifice dont Kiyanna a conscience, alors, elle tente d'être à la hauteur. Elle sait qu'elle va devoir passer au centre une année entière, et peut-être même plus... " Je suis là pour me soigner, tendre le genou, et pour que mon os grandisse. J'espère que je marcherai mieux qu'avant. "

Enfin, Thomas, 6 ans, est un garçon qui vit à 200 à l'heure, et qui espère bientôt remplacer les courses en fauteuil par la course à pied. Gamin éveillé et rieur, il a subi une très lourde opération pour une malformation des hanches. Avant l'opération, il boitait de plus en plus, et devait même être parfois transporté en poussette. Depuis qu'il peut à nouveau se tenir debout, le petit garçon voudrait tout faire, tout de suite. " On va demander au docteur si je peux faire de la trottinette. Et être debout dans la douche. Et faire de la balançoire. " Sa maman habite à une heure et quart de la fondation et elle vient le voir aussi souvent qu'elle peut. Depuis l'opération, elle est inquiète. Elle a toujours peur qu'il tombe, qu'il lui arrive quelque chose. Aujourd'hui il est sur la bonne voie, mais le parcours vers la guérison n'est pas fini.

Entre coups de blues et grandes victoires, ce reportage retrace le quotidien de ces quatre petits héros qui se battent pour tenir à nouveau debout.