Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 22/03/2016 16H25

Expulsions, la honte : un document de Karine Dusfour à voir ce mardi (vidéo).

​Une épreuve, un accident de parcours ? Comment retrouver des forces ? Reste un ultime abri, un lieu familier et rassurant, un lieu qui nous ressemble et nous raconte : notre logement, notre chez soi. Et si un jour nous en étions privés, qui serions nous ?

En France ils sont toujours plus nombreux : chaque jour, du 1er avril au 31 octobre, prés de 60 ménages sont expulsés de leur logement.

Ce marid à 23h10 (attention, horaire susceptible d'être retardé, selon la longueur de l'édition spéciale du JT à 20 heures), France 2 propose un documentaire inédit écrit et réalisé par Karine Dusfour : Expulsions, la honte.

La parole est ici donnée à dix personnes expulsées de leur logement. Ils racontent dans quelles circonstances ils sont passés d'une vie normale et ordinaire à une vie d'errance. Dans la rue, dans leur voiture, d’hébergement en hébergement, ils vivent alors de façon provisoire et toujours plus précaire. Tous issus de la classe moyenne, ils ont vécu une fracture, un accident de la vie : chômage, divorce, faillite, maladie, deuil… Autrefois, ils auraient pu le surmonter et s’en relever. Aujourd’hui, l’ampleur de la crise économique et la pression immobilière plongent ces ménages dans une misère à laquelle, ils ne voient pas d'issue.

En leur donnant la parole, ce film dénonce une procédure de l’expulsion toujours plus administrative et humiliante pour les plus faibles, une spirale infernale qui se fracasse contre le manque de logements accessibles.

A travers ces témoignages, ce film dénonce aussi une politique du logement souvent erratique et inefficace : explosion des loyers, manque de construction, loi du droit au logement opposable (DALO) non-appliquée, accès au logement social totalement insuffisant, services sociaux dépassés…

 

Expulsions, la honte : un document de Karine Dusfour à voir ce mardi (vidéo).

Karine Dusfour :

"60 ans après l’appel de l’Abbé Pierre, l’accès au logement redevient une urgence nationale en France. Il est temps que les pouvoirs publics, les élus locaux et la société toute entière prennent conscience des difficultés insurmontables qu’ont de plus en plus de Français à se loger.

C’est parce que je filme depuis plus de 10 ans le quotidien des familles que j’ai voulu faire ce film. C’est en ayant le privilège de pouvoir entrer dans leur intimité et de passer du temps avec eux que j’ai acquis cette conviction : on est la maison qu’on habite. Notre logement, c’est une partie de notre identité. Sans logement, plus de statut social, plus d’horizon, plus de sécurité. Dès lors, l’expulsion locative est un processus de désocialisation puis de déshumanisation. Se maintenir dans son logement quand on n’en a plus les moyens, se transforme en cauchemar éveillé. Une descente aux enfers qui n’a, en l'occurrence, plus rien d’une formule toute faite.

« C'est la chute finale », m’a dit un jour, à la veille de son expulsion une des personnes rencontrées lors de mon enquête. La chute finale, c’est l’histoire que j'ai voulu raconter. Parce qu’elle est une peur partagée par plus de la moitié des Français. Parce qu'elle est une menace de plus en plus réelle pour les plus fragiles. Nous les femmes isolées, les précaires, les fragiles, les intermittents, les non rentiers, les sans-héritage, les sans-CDI à vie, les endettés, les ric-racs de fin de mois, les Français nés ailleurs, les sans-familles, les isolés, les retraités, les foyers monoparentaux…

Finir à la rue, cette angoisse est en train de devenir une réalité pour de plus en plus de citoyens jusqu’ici à l’abri. Capables autrefois de se relever d’un accident de la vie, ils sont aujourd’hui bloqués dans des parcours d’errance, d’hébergements provisoires en centres saturés. La conjoncture économique et immobilière les empêche aujourd’hui de mettre un toit sur leur tête et celle de leur famille alors même qu’ils travaillent, ou ont travaillé toute leur vie, alors même qu’ils payent des impôts, alors même qu’ils avaient toujours réussi à payer leur loyer…

Je n’ai pas voulu faire un film contre le droit de la propriété ou contre les propriétaires. Mais en enquêtant depuis plus d’un an sur la situation du logement en France, j’ai acquis une certitude : les expulsés ne sont pas des assistés, les expulsés ne sont pas des profiteurs. Ils sont condamnés par la justice. Pourtant ils sont aussi des victimes : victimes de la crise financière de 2008, victimes du chômage, victimes de la spéculation immobilière et du manque de logements disponibles et accessibles. Ils sont les nouveaux précaires : entrepreneurs en faillite, foyers monoparentaux, retraités, chômeurs en fin de droits. Ils ne peuvent simplement plus faire face aux loyers, à l’absence de HLM et à l’absence de logements abordables".

Extraits :

Crédit illustrations © Morgane Prod.

Commenter cet article

Fabia 24/03/2016 16:28

Des expulsions de logement ont aussi lieu pour de tout autres motifs, tous les loyers étant bien payés, comme pour avoir dénoncé des magouilles de charges par les syndics et avoir pour cela été décrété "nuisible" par la justice qui a détruit la vie du dénonciateur / lanceur d'alertes afin de le faire taire et le discréditer et dont le site racontant cette histoire dont voici le lien d'une sauvegarde partielle http://web.archive.org/web/20130514224022/http://expulsion.imminente.free.fr/ a étrangement été fermé à l'insu du créateur sans aucun motif !!!

Fabia 22/03/2016 23:54

Une émission sur un sujet grave diffusé à une heure de faible écoute (23h25) alors qu'en parallèle on vous conditionne (aux heures de grande écoute) à accepter que les migrants qui nous envahissent et qui n'ont jamais rien apporté à la France soient légitimement accueillis, nourris, logés et soignés aux frais du contribuable !!!