Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 02/09 9h25

"Méditerranée, enquête sur une mer en danger" ce soir sur France 3.

Pour la saison 2016/2017, Thalassa s’oriente vers plus d’enquêtes, plus d’événements. L’émission se positionne davantage sur les grands enjeux de la planète. Au menu du premier numéro, ce vendredi 2 septembre à 20h55 sur France 3, une enquête sur une mer en danger pour cause de pollution: la Méditerranée.

 

Les Romains la surnommaient Mare Nostrum, "notre mer". Aujourd'hui la Méditerranée occupe toujours une place à part sur la planète bleue. Alors qu’elle ne représente que 0,7 % de la surface des océans, elle abrite près de 18 % de la diversité biologique marine mondiale. Mais avec 23 Etats riverains et près de 500 millions d’habitants, le bassin méditerranéen, quasiment fermé, est aussi un espace maritime menacé et même en danger. A la fois très riche et très fragile, la "grande bleue" mérite plus que jamais notre attention.

 

"Boues Rouges, la mer empoisonnée".

Un reportage de Sophie Bontemps et Nedjma Berder.

C’est une enquête exceptionnelle que mène ce soir Thalassa aux abords du Parc National des Calanques, près de la ville de Cassis. L’histoire d’une pollution industrielle hors norme dans l’un des plus beaux sites maritimes français. L’usine Altéo de Gardanne, dans l’arrière-pays marseillais, produit en effet de l’alumine à partir du minerai de bauxite, une poussière rouge que l’on fait venir spécialement par cargos de Guinée. Pour fabriquer l’alumine, un composant chimique qui sert à la fabrication des écrans de nos téléphones mais aussi dans l’industrie du nucléaire et de l’armement, des centaines de tonnes de déchets toxiques sont rejetés quotidiennement depuis 50 ans dans la mer Méditerranée. Une pollution pourtant autorisée par les plus hautes autorités de l’Etat.

Universitaire et militant, Olivier Dubuquoy a découvert "l’objet du scandale" à l’occasion d’une promenade sur les sentiers du Parc National des Calanques : une canalisation qui sort de l’usine Altéo puis serpente en pleine nature pour se jeter, 47 km plus loin, dans les profondeurs de la baie de Cassis. Depuis 1966 ce tuyau symbolise un demi-siècle de silences, de mensonges et de dérogations aux règles ! A lui seul il a rejeté en mer sous forme de "boues rouges" des millions de tonnes de sédiments toxiques : aluminium, arsenic, fer et mercure.

Lorsqu’il remonte ses filets Gérard Carrodano, pêcheur professionnel, est furieux : les poissons capturés à 270 m de profondeur sont couverts de boues, couleur bauxite ! Il est l’un des rares témoins à visualiser au quotidien les effets de cette pollution sur la faune marine, il est aussi l’un de ses opposants les plus déterminés. Malgré les multiples protestations, l’Etat vient de renouveler l’autorisation de rejets pour six années supplémentaires. Avec l’alumine, 1500 emplois sont en jeu dans la région. Pendant six mois, Sophie Bontemps et Nedjma Berder ont enquêté sur cette pollution hors norme, menant leurs propres analyses indépendantes, et filmant à l’aide de robots sous-marins les rejets en grande profondeur. Le constat est édifiant.

 

"Plastique, la grande invasion".

Un reportage de Ramon Gutierrez / Stephan Poulle / Laurent Desvaux / Christophe Bazille / René Heuzey.

Huit millions de tonnes de déchets plastiques sont déversés chaque année dans les océans.

Chaque été, à Marseille, le centre Léo Lagrange fait plonger des jeunes gens pour nettoyer les fonds : leur verdict est sans appel ! Un travail de Sisyphe dont le principal mérite est d’inculquer un nouveau comportement aux jeunes générations. Bouteilles, emballages, tubes de crèmes solaires, en moyenne ce sont plus de deux tonnes de déchets sauvages par kilomètre de plage qui sont collectées chaque été sur notre littoral. À terre et en mer, ce plastique est partout : il tue les animaux marins, passe dans la chaîne alimentaire, et finit dans nos assiettes sous forme de microparticules ! Face à cette invasion insidieuse, chacun s’emploie, tout autour de la Méditerranée, à trouver des solutions.

A chaque remontée de filet, José remplit le conteneur qui trône sur le pont de son chalutier. Au milieu des poissons, une collection de bouteilles en plastique, des sacs, des détritus divers. Un monceau de déchets qui gisaient au fond de la mer et qu’il rapporte aujourd’hui à terre. Au large de Valence en Espagne, ils sont comme lui 180 pêcheurs professionnels à afficher concrètement leur engagement écologique pour l’avenir de leurs enfants.

 

"La grande bleue retrouvée".

Un reportage de Antoine Mora / Jean Christophe Cheneau / Roberto Rinaldi / René Heuzey.

Alors, avec toutes ces menaces qui pèsent sur la Méditerranée, comment la protéger ? Les pays du pourtour méditerranéen se sont fixés pour mission de protéger 10% de leurs eaux territoriales d’ici 2020. Un objectif loin d’être atteint, aujourd'hui seulement 3,7% de la surface totale de la Méditerranée est couverte par des aires marines protégées…

 

Crédit photo © Jérôme Laurent

Commenter cet article

enrte2 24/08/2016 09:42

Avoir autorisé le rejets des boues est un scandale !