Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 29/11/2016 11H

Public Sénat lance sa campagne citoyenne pour la Présidentielle 2017.

Public Sénat fait campagne et s’affiche massivement sur les bus à Paris et en région parisienne ( 155 communes en Ile-de-France) puis dans 10 grandes villes* en régions entre le 29 novembre et le 14 décembre.

A travers cette communication, Public Sénat entend réaffirmer sa différence, son positionnement et mettre le citoyen au cœur du débat durant la présidentielle 2017.

« TOUS PRESIDENT ! Public Sénat, la chaîne qui vous donne la parole » est avant tout une campagne citoyenne pour interpeller les Français qui sont de plus en plus nombreux à manifester leur volonté d’être de véritables acteurs de la campagne électorale, comme en témoigne leur participation à la primaire de la droite et du centre.

Réalisée par l’agence Le 39, cette campagne sera déclinée en affichage grand format («cul de bus arrière capitale») à l’arrière de 1500 bus à Paris/IDF et en flancs sur 1357 bus en régions. Ce dispositif permettra de toucher une audience de plusieurs millions de personnes en France afin de les inviter, en cette année d’élections, à prendre la parole sur les antennes de Public Sénat, publicsenat.fr et les réseaux sociaux.

Cette démarche vient compléter le principe de l’émission « Tous Président », lancée depuis la rentrée, ainsi que les émissions de débat de la chaîne qui accueillent régulièrement la parole citoyenne.

« Cette prise de parole puissante et inédite pour la chaîne fait écho à la ligne éditoriale de Public Sénat qui entend marquer pleinement sa différence et s’affirmer comme un acteur fort de la mobilisation positive dans cette campagne en s’inscrivant au plus près des citoyens et en favorisant ainsi le rapprochement, la communication, l’interaction entre les politiques et les citoyens » indique Emmanuel Kessler, Président-Directeur Général de Public Sénat.

*Avignon, Béthune, Dijon, Lens, Marseille, Nantes, Nice, Rennes, Strasbourg, Toulouse.

Commenter cet article