Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 30/03 12h27

Fermer les frontières pour protéger nos emplois ? Thème de L'angle éco ce soir sur France 2.

Fait-il fermer nos frontières pour protéger nos emplois ? Thème de L'angle éco diffusé à 21 heures ce jeudi sur France 2.

La mer secoue François Lenglet à bord du remorqueur « Gascogne », qui tracte un gigantesque porte-conteneurs rempli d’articles made in China qui viennent envahir nos rayons de supermarché. Une fois à quai, le passage en douane n’est plus qu’une formalité, expédié en moyenne en moins de 4 minutes ! Cette mondialisation, permise par tous les accords de libre-échange signés par l’Europe, nous permet d’acheter toujours plus de produits, toujours moins chers, comme ces écrans tv, ces téléphones, qu’on ne fabrique même plus en France.

Une mondialisation qui satisfait le consommateur, mais qui détruit aussi son emploi, lamine l’industrie et met les peuples en colère. Après des décennies de libre-échange à marche forcée, aujourd'hui le monde se rétracte, et les murs qui étaient tombés en 1989, se reconstruisent. Brexit, élection de Donald Trump, populismes de droite et de gauche : les partis hostiles à la mondialisation réclament plus de droits de douane. Déjà, le commerce mondial ralentit.

Alors, faut-il continuer à ouvrir toujours plus nos frontières ? Ou les refermer ? Taxer les importations ? Est-ce aussi simple ? Nos frontières sont-elles vraiment les "passoires dénoncées", ou au contraire de véritables forteresses ? Qui sont les gagnants et les perdants du libre-échange ?

A un moins d’un mois de l’élection présidentielle, L’Angle Eco se penche sur une France à l’heure du choix crucial entre ouverture et fermeture.

Parmi les reportages :

Du Pas-de-Calais à la Slovaquie. Perdants et gagnants de la mondialisation Depuis 10 ans, c’est l’hémorragie ! L’industrie automobile française ferme ses usines dans l'hexagone. Et elle en ouvre en Slovaquie, où la main d’œuvre coûte moins cher. Dans le Pas-de-Calais, voici donc les perdants de la mondialisation : ces ouvriers dont l’usine perd peu à peu ses chaines de montage. Près de Bratislava, voici les gagnants de l’ouverture : les ouvriers slovaques ! La différence du coût de la main d’œuvre justifie-t-elle ces délocalisations ? Jusqu’où ira cette ruée vers l’Est ?

Gien. Halte au commerce déloyal A Gien, la célèbre faïencerie subit la concurrence des assiettes chinoises, vendues en grande surface à prix cassés, 1,40 € pièce ! Comment lutter ? Le patron de l’entreprise a son idée : monter en gamme ! Il a embauché des peintres pour faire des assiettes « made in France », vendues dans les châteaux de la Loire. Depuis, il parvient même à vendre ses assiettes à 12€ pièce… aux Chinois, qui en raffolent ! 

Suisse, le pays du protectionnisme tranquille. La Suisse aime le libre-échange : un franc suisse sur deux est généré par le commerce extérieur. Mais le pays sait aussi se protéger ! Avec son label « Swiss Made » : pour l’obtenir, les industriels doivent fabriquer leurs produits à 60 ou 80% en Suisse ! Et le pays n’hésite pas à taxer lourdement certaines importations, pour protéger ses produits locaux et ses petits producteurs. Comme la mâche, la production Helvète la plus protégée : jusqu’à 17,56 francs suisses de taxe par kilo importé ! Deux fois par semaine, la production étrangère est évaluée, et les contingents d’importation sont décidés en fonction. Un modèle à suivre ?

A l’issue de l’émission, François Lenglet animera un débat sur le libre-échange, la tentation protectionniste en France et dans le monde, les annonces tonitruantes de Donald Trump.

Commenter cet article