Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 23/05 11h36

La tentation des extrêmes : document inédit la nuit prochaine sur France 2.

La tentation des extrêmes. Un film écrit et réalise par Stéphane Munka, proposé à 00h10 sur France 2 dans la nuit de ce mardi à mercredi. Une co-production Chrysalide et Eléphant Doc.

Le 5 juin 2013 à Paris, Clément Méric, jeune militant antifasciste de 18 ans, décède suite à une bagarre avec des skinheads, et la France redécouvre avec stupeur que l’affrontement de ces deux idéologies n’a jamais été si vif… Néo-nazis, admirateurs d’Hitler, ou encore Staliniens, Maoïstes… Pourquoi des jeunes aujourd’hui sont-ils encore fascinés par la violence de l’extrémisme politique ? Pour le comprendre, le réalisateur Stéphane Munka s’est immergé une année entière dans la guerre que se livre deux factions rivales, l’une d’extrême gauche, l’autre d’extrême droite, à Clermont-Ferrand. Façon aussi pour lui de se retourner sur son passé, et d’essayer de comprendre pourquoi dans sa jeunesse il a lui aussi succombé à cette tentation des extrêmes…

Stéphane Munka :

Les idées extrêmes conduisent à des actes extrêmes. L’affrontement entre Clément Méric et Estéban Morillo, qui s’est conclu par la mort du premier, en est la démonstration. Et surtout l’objet de ce film.
Difficile de définir « l’extrême », surtout lorsqu’on s’avance sur le terrain politique, et que l’extrême droite et l’extrême gauche sont fermement implantées dans le paysage politique national. Les raisons de l’accoler à un parti, à une idée, sont différentes selon les sensibilités. Je m’en tiendrais donc à la mienne, et considère comme extrême toute façon d’imposer son point de vue par la force et la violence. Les extrêmes dont il s’agit ici sont donc ces courants minoritaires qui prônent l’ultraviolence : antifasciste pour l’extrême gauche, skinhead pour l’extrême droite.
Mais comparer la propension à la violence des deux extrêmes n’est pas entièrement satisfaisant, comme s’il fallait renvoyer dos à dos Clément Méric et Estéban Morillo. Il existe entre eux une différence essentielle, qu’a résumé l’éditorialiste politique de France Inter Thomas Legrand dans sa chronique consacré à ce fait-divers : « je serais agacé mais plutôt fier que mon fils ressemble à ce que je sais de Clément Méric, et catastrophé qu’il appartienne au groupe de celui qui l’a tué ».
Le groupe auquel appartient Estéban Morillo vise à l'anéantissement des juifs, des homosexuels, des étrangers… Tandis que les semblables de Clément Méric souhaitent l’extermination des exterminateurs.
Mais sont-ils si différents ? Leurs motivations à rejoindre l’extrême, parfois de façon très romantique, dans un élan quasi-révolutionnaire, ne sont-elles pas semblables ? Durant un an, je me suis immergé dans deux groupes opposés, à Clermont-Ferrand. Là-bas, un skinhead d’extrême-droite a tiré au fusil sur des militants d’extrême-gauche. Je voulais donner à comprendre ce que ces jeunes réclament, leurs idéologies, leurs espérances, leurs haines.
Car la haine est un moteur des extrêmes. J’en sais quelque chose. Adolescent, j’ai fait partie de ces groupes. Skinhead, puis antifa. Ca a failli très mal se terminer. Pourquoi les jeunes que j’ai rencontré ont-ils pris la relève ? Qu’est-ce qui peut encore fasciner aux extrêmes ? Ce film est mon récit de voyage, un retour sur celui que j’ai été, pour enfin comprendre la haine qui m’a habité.

Crédit photo © DR

Commenter cet article