Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 30/06/2017 8H25

Période muette d’Alfred Hitchcock : nuit spéciale ce vendredi sur TCM Cinéma.

La période muette d’Alfred Hitchcock prouve une chose : tout l’art du maître du suspens était déjà présent dans ses premiers films alors qu’il s’essayait parfois à d’autres genres comme la comédie romantique et le mélodrame. TCM Cinéma le prouve au cours d’une nuit Early Hitchcock. Ce vendredi 30 juin.

 

01h15 The Ring (1927) avec Carl Brisson & Ian Hunter. 

Triangle amoureux dont une épouse est prise en étau entre son époux et un champion du ring, émaillé de grands moments visuels ingénieux (dont une fameuse surimpression sur un punching ball), Hitchcock réussit le crossover des genres, mêlant film de boxe et polar noir avant l’heure.

 

2h45 Laquelle des trois ? (1928) (The Farmer's Wife) avec Jameson Thomas, Lillian Hall-Davis & Gordon Harker.

Histoire d’un veuf décidé à se remarier sous les yeux de sa servante, ce film est l’une des rares incursions d’Hitchcock dans le domaine de la comédie romantique. Le film démontre déjà le grand directeur d’acteurs qu’il était comme le prouve la prestation naturelle, moderne de sa comédienne, Lilian Hall-Davis.

 

4h20 À l’américaine (1928) (Champagne) avec Betty Balfour, Gordon Harker & Jean Bradin.

Apprenant la ruine de son père, une riche héritière s’improvise girl au Moulin Rouge. Le titre français annonce la couleur : une farce anglaise réalisée avec le dynamisme des meilleures comédies américaines. Le titre original est tout aussi approprié : « Champagne ». Un film léger qui, des années avant Les enchainés, vaut déjà pour la réussite de chacune de ses séquences dont la dernière, inoubliable.

 

5h45 The Manxman (1929) avec Anny Ondra, Carl Brisson, Malcolm Keen.

Sur une île, un avocat et un pécheur s’affrontent pour séduire une jeune femme. À la fois mélodrame et comédie, serti d’images documentaires sur l’île de Man, c’est le dernier film muet du maître et le premier où apparait “la blonde hitchcockienne”, ici sous les traits d’Anny Ondra dont le mélange de froideur et de sensualité n’a rien à envier à Grace Kelly ou Kim Novak.

 

Commenter cet article