Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 04/08 14h10

La mini-série inédite Kim Kong, avec Jonathan Lambert, diffusée le 14 septembre.

A voir le jeudi 14 septembre dès 20h55, la mini-série inédite Kim Kong.

Féru de cinéma, le leader d’une dictature asiatique kidnappe un cinéaste étranger pour qu’il réalise un remake de King Kong à la gloire du régime.

Une comédie à l’humour absurde sur les dérives totalitaires et un hommage au 7ème art.

Fiction créée et écrite par Simon Jablonka et Alexis Le Sec. Réalisée par Stephen Cafiero. Avec Jonathan Lambert, Frédéric Chau, Christophe Tek, Audrey Giacomini, Anthony Pho (3x52mn).

Le synopsis : Le réalisateur Mathieu Stannis (Jonathan Lambert) enchaîne les films d’action à gros budget, mais semble avoir perdu inspiration et créativité. Alors qu’il tourne un énième blockbuster, il se fait kidnapper par les agents d’une dictature asiatique. Le leader local, excédé par la nullité des productions de son pays, exige que Mathieu mette en scène une nouvelle adaptation de King Kong, dont il a personnellement écrit le scénario. Refuser c’est se condamner à mort. Dans un pays au système totalitaire paranoïaque, Mathieu s’attache peu à peu à son film improbable et renoue avec l’inspiration.

Le début : Excédé par la nullité des productions de son pays, le Commandeur exige que Mathieu Stannis, réalisateur dont il est l’un des plus grands fans, réalise une adaptation de King Kong à la gloire du régime, un authentique nanar dont il a lui-même écrit le scénario. Abasourdi, Mathieu comprend vite qu’il ne s’agit pas d’un mauvais rêve : sa liberté et sa vie sont réellement menacées ! Pour mener à bien cette tâche improbable, il est assisté d’un membre du Comité aux Arts Visuels et Plastiques, le très patriote et très incompétent Choi. Mais il n’est pas au bout de ses surprises, et les premiers jours de tournage sont catastrophiques...

Jonathan Lambert : "L’humour ne reposait pas sur mon personnage, mais sur les situations, ce qui m’amenait sur un terrain que je n’avais jamais vraiment eu l’occasion de pratiquer. Je n’avais pas besoin de mettre un masque, d’être dans l’outrance – ce que par ailleurs j’aime beaucoup faire, de manière un peu subtile j’espère – car quand une situation est drôle ou folle, il ne faut pas en rajouter, parce qu’on risque de lui enlever toute vérité et de perdre le spectateur. Stephen Cafiero, le réalisateur, avait donc tendance à contenir mon jeu : il me demandait d’être le plus neutre possible. Par ailleurs, au-delà de la comédie, il y avait dans cette histoire une dimension très touchante. J’ai été sensible à ce mélange d’audace et de sincérité."

Commenter cet article