Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 31/08 6h45

Le thriller Fatale-Station diffusé du 28 septembre au 12 octobre sur ARTE.

Dans la série canadienne Fatale-Station, une femme venue d'ailleurs bouleverse les habitudes et les non-dits d'un village québécois perdu. 10 épisodes à découvrir les jeudis 28 septembre, 5 et 12 octobre à 20h55 sur ARTE.

Série de Stéphane Bourguignon. Réalisation : Rafaël Ouellet.

Avec : Macha Limonchik (Sarah Dembski), Claude Legault (Eddy), Denis Bernard (François Lemieux), Micheline Lanctot (Jean O’Gallagher), Marilyn Castonguay (Ina), Guillaume Cyr (Alexandre) ...

Fuyant dans le Québec profond un homme qui veut la tuer, et auquel elle vient d'échapper de justesse, Sarah (mais est-ce son vrai nom ?) débarque à Fatale-Station, une bourgade perdue. Séduits, François, le maire, et Eddy, le gérant de l'unique restaurant-bar-hôtel, le Beijing Palace, l'accueillent avec chaleur. Mais Jean O'Gallagher, une femme d'affaires qui possède une bonne part du village et le gère d'une main de fer, ordonne à Eddy de la chasser, affirmant qu'elle va jeter le trouble dans leur petite communauté. Alors que les élections municipales approchent, un barrage routier dressé par la tribu amérindienne voisine échauffe aussi les esprits… 

Que cherche vraiment Sarah en s'immisçant dans la vie de Fatale-Station ? Pourquoi celui qu'elle fuit, et qui l'appelle "Marie", veut-il la tuer ? Quels secrets cachent ceux que l'on perçoit comme ses alliés, et quelle est la nature des liens qui les attachent à Jean O'Gallagher ?

En jouant du mystère et de l'humour, de la psychologie et du suspense, des codes du western et des saveurs de sa langue québécoise (discrètement sous-titrée quand c'est nécessaire), Stéphane Bourguignon tisse un récit d'emblée captivant, annonce le diffuseur qui ajoute : "Délicieusement dépaysante, et portée par des acteurs de grande qualité, Fatale-Station happe le spectateur dès la descente du train pour ne plus le lâcher".

Crédit photo © Sébastien Raymond

Commenter cet article